vous êtes ici : accueil >> beauté >> actus avec elle.fr >>

L’OMS classe le talc comme substance potentiellement cancérigène

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a alerté, ce vendredi 5 juillet, sur les dangers du talc. Après une étude menée par le Centre international de recherche sur le Cancer, les résultats sont tombés dans la revue «  The Lancet Oncology » : le talc serait une substance « probablement cancérigène ». Cette conclusion repose sur des preuves limitées de cancer chez les humains, en particulier le cancer de l'ovaire, et des preuves suffisantes obtenues lors d'études sur les animaux de laboratoire. Si les femmes sont les premières exposées en appliquant du talc sur les parties génitales, les principaux concernés restent les travailleurs des industries extractives et manufacturières qui extraient, broient et fabriquent des produits contenant du talc.

Découvrez les indispensables de la rédaction de ELLE dans une  box beauté en édition limitée, et sans engagement à partir de 39 €

Un risque de contamination à l’amiante

Dans son étude, l'OMS précise que « bien que l'évaluation se soit concentrée sur le talc ne contenant pas d'amiante, la contamination du talc par l'amiante n'a pas pu être exclue dans la plupart des études portant sur des personnes exposées. Car ce qui pose réellement problème, ce sont les fibres d'amiante, une substance avérée cancérigène chez l’Homme depuis 2010, que l'on peut retrouver dans le talc. En effet, ces deux minerais cohabiteraient dans les mêmes gisements géologiques et pourraient être amenés à se mélanger. Si les résultats des différentes études restent mitigés, les professionnels de santé conseillent de limiter l'utilisation de talc et de se tourner vers des alternatives sans danger.