vous êtes ici : accueil » dépêches » dépêches Handicapzéro » détail d'une dépêche Handicapzéro


un téléphone en braille, développé pour l’Inde

vendredi 30 novembre 2012 à 09h28

Il souhaitait développer des technologies en faveur des populations indiennes défavorisées. Sumit Dagar a mis au point un prototype de smartphone braille, avec un écran tactile à affichage sensible. Une invention qui lui vaut d’être l’un des jeunes lauréats des Prix Rolex 2012.

"Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous", proclamait Aristote. Une maxime que ne renierait par Sumit Dagar, qui vient de recevoir l’un des prix Rolex 2012 pour son prototype de smartphone braille. "La transformation de presque toutes les interfaces en systèmes tactiles (téléphones, liseuses, tablettes…) est probablement l’une des innovations récentes les plus marquantes, reconnaît le jeune designer indien. Le problème, c’est qu’avec ce changement, ces services sont devenus inaccessibles aux aveugles."

A 29 ans, Sumit Dagar n’a rien contre la technologie, bien au contraire. Il veut juste la rendre accessible à tous. Constatant que l’Inde, son pays, compte 22 % des 285 millions de non-voyants vivant dans le monde, Sumit Dagar s’est donc lancé dans un projet fou : mettre au point le premier téléphone tactile sensible au toucher et donc accessible aux aveugles (voir ici sa présentation lors d’une conférence TED Fellows, en 2011).

Pour Sumit Dagar, l’aventure a commencé quelques années plus tôt, alors qu’il poursuivait ses études d’ingénieur en technologies de l’information et de communication. L’étudiant suit alors un stage d’été dans un village rural du Gujarat (un état de l’ouest de l’Inde). "J’ai observé qu’il y avait un écart immense entre la majorité d’utilisateurs qui avait accès à cette technologie et une minorité – les ruraux et les handicapés, notamment – qui ne l’avait pas. Les premiers acquièrent en quelque sorte des "superpouvoirs" tandis que les autres deviennent des laissés-pour-compte."

Une fois diplômé de l’Institut national du Design, Sumit Dagar s’emploie alors à combler ces différences. Les logiciels permettant de faire la synthèse vocale d’un texte envoyé sur un mobile existent déjà depuis une dizaine d’années. Mais en anglais, une langue que ne maîtrisent pas des millions d’Indiens.

L’objectif du jeune homme est autre : concevoir une surface d’affichage interactive, dont le relief peut varier pour former du braille. "Pour le moment, nous travaillons avec des alliages à mémoire de forme. Cela nous permet de faire des cellules braille dynamiques peu onéreuses. Malheureusement, elles sont volumineuses et énergiquement coûteuses. Nous envisageons donc de travailler avec des polymères électroactifs et des microsystèmes électromécaniques ou MEMS (qui changent de forme ou de taille lorsqu’ils sont stimulés par un champ électrique)."

A terme, l’outil pourra ainsi afficher à la fois du texte, mais aussi des formes, des chiffres ou des cartes. Mais les fonctions de ce smartphone inédit vont plus loin. Il propose ainsi de "reconnaître" des images reçues en les comparant à une base de données internes à l’appareil ou d’utiliser le G.P.S. pour permettre à son utilisateur de voyager seul voire, encore, de convertir la photo d’un texte classique en braille.

"Rien que dans sa version basique actuelle, la surface tactile en braille, ce smartphone est une première mondiale," se réjouit Sumit Dagar qui l’a déjà testé au L V Prasad Eye Institute d’Hyderabad (Inde). Grâce au Prix Rolex et à sa dotation de 50 000 francs suisses (41 530 €), le designer a prévu de poursuivre le développement de son smartphone via sa société Kriyate Designs. Il espère disposer du smartphone d’ici cinq ans. Et de le rendre financièrement accessible au plus grand nombre.

Source : nationalgeographic.fr




vous êtes ici : accueil » dépêches » dépêches Handicapzéro » détail d'une dépêche Handicapzéro


© 2020 — confort de lecture