vous êtes ici : accueil » dépêches » dépêches Handicapzéro » détail d'une dépêche Handicapzéro


un retour en emploi mitigé pour les travailleurs handicapés

vendredi 10 juillet 2020 à 08h44

Comment les personnes handicapées vivent-elles et travaillent-elles depuis le déconfinement ? Près de 4 000 d'entre elles ont répondu à la 2ème vague d'une étude Agefiph-Ifop. Télétravail inadapté, dégradation de l'état de santé... Une période intense.

33 % des personnes handicapées se disent "motivées" de retrouver leur cadre de travail habituel, leurs collègues et de donner du sens à leur emploi, à l'issue du confinement. Une reprise attendue mais "un peu plus difficile" pour les personnes en situation de handicap, particulièrement en proie à l'inquiétude et la fatigue. Seules 14 % d'entre elles se disent "en forme", soit près de deux fois moins que le grand public. Ces résultats sont issus de la consultation menée par l'Agefiph (fonds dédié à l'emploi des personnes handicapées dans le privé) et l'Ifop auprès de 3 879 personnes, du 18 au 26 juin 2020, pour comprendre l'impact de la crise sanitaire sur le quotidien, notamment professionnel, des personnes handicapées (en lien ci-dessous). Elle fait suite à une première étude réalisée en mai, qui s'intéressait à leur ressenti durant le confinement.

dégradation de l'état de santé

Un tiers des personnes handicapées notent une "dégradation" de leur santé physique et mentale depuis le début de la crise du Covid-19, a fortiori en cas de handicap mental, cognitif, d'autisme et de polyhandicap. 53 % déclarent ainsi avoir traversé des épisodes dépressifs "plus qu'auparavant", soit une baisse de 3 % par rapport à la première enquête. Pour une grande majorité d'entre elles, cet affaiblissement a eu un impact négatif sur leur situation professionnelle, a fortiori en cas de recherche d'emploi. 62 % des personnes concernées se sont tournées vers leur médecin traitant pour en parler, ce qui confirme son rôle d'acteur majeur de proximité, et 44 % vers un conseiller Cap emploi. Le médecin du travail a nettement moins la cote, avec seulement 11 % des sollicitations. "Il faut absolument renforcer la mobilisation des employeurs autour des salariés pour assurer l'égalité de traitement, exhorte Malika Bouchehioua, présidente de l'Agefiph, lors du webinaire dédié, le 2 juillet 2020. Tout le monde connaît l'aménagement raisonnable, il est temps de le mettre en pratique !".

des difficultés financières accrues

Autre impact majeur : les difficultés financières, qui touchent, une nouvelle fois, de plein fouet les demandeurs d'emploi. Seuls 31 % des répondants déclarent "s'en sortir facilement" avec les revenus de leur foyer, soit sept points de moins que lors de la première vague, et un écart de 16 points avec le grand public. Par conséquent, 73 % ressentent "durement" la crise économique, contre 51 % pour la population générale. Une évolution "préoccupante", selon Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, qui "révèle la dureté de cette période pour les publics les plus fragiles".

hausse de la prise en compte du handicap

Depuis le déconfinement, 85 % des personnes handicapées ont repris le chemin du travail, contre 64 % deux mois plus tôt. Parmi elles, 57 % indiquent que leur employeur a pris en compte leur handicap au moment de déterminer les modalités de leur exercice professionnel, soit une hausse de quatre points, particulièrement prégnante au sein des petites entreprises. L'étude révèle, en outre, une très nette décélération du chômage partiel (6 % contre 22 % en mai) et de l'arrêt maladie. A la question "cette crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur l'organisation du travail de votre entreprise ?", 72 % répondent par l'affirmative. 51 % estiment même que le confinement a changé leur rapport au travail.

le télétravail, "ce n'est pas la panacée"

Principale conséquence de cette mutation : la pratique du télétravail. Or, pour plus de trois répondants sur dix, cette dernière a un impact négatif sur leurs conditions de travail, leurs relations professionnelles ou encore la gestion de leur état de santé ou de leur handicap. 62 % d'entre eux souhaitent son développement, contre 83 % de la population active française. Un sacré "gap" qui, selon Frédéric Dabi, placent les personnes handicapées en véritables "sentinelles". "Contrairement à ce que l'on peut voir dans les médias, le télétravail n'est pas forcément la panacée, le paradis, et peut, au contraire, être source d'isolement et de difficultés s'il n'est pas adapté", commente-t-il. "Il est hors de question de faire d'en faire la solution unique", renchérit Jérémie Boroy, président du Conseil national consultatif des personnes handicapées (Cncph). "Sans aménagement de poste individualisé, cela peut devenir catastrophique, poursuit-il. L'enjeu est de pouvoir avoir accès à tous les outils de compensation, comme la langue des signes française (L.S.F.) pour les sourds et malentendants par exemple". Une explication de la dégradation de la santé mentale de 29 % de ces derniers ? "Le télétravail ne se limite à des aménagements techniques", ajoute Hugues Defoy, directeur du pôle métier de l'Agefiph, qui évoque "le besoin de travailler sur la dimension psychologique en se concentrant notamment sur l'organisation du lien avec le reste de l'équipe".

pessimiste concernant l'avenir

Et après ? Le niveau d'optimisme concernant la possibilité de trouver un emploi dans les trois prochains mois reste stable (31 % contre 32 % en mai). Mais près de sept répondants sur dix restent pessimistes. De même, près d'une personne handicapée sur deux a peur de perdre son travail. Autres sources d'inquiétude : attraper le Covid-19, voir ses conditions de travail de dégrader, être davantage isolé. Elles ont, cependant, très nettement diminué depuis la première vague. Ainsi, 57 % des sondés sont inquiets à l'idée d'être infecté, contre 71 % en mai. Mais la principale crainte, aussi bien pour les personnes handicapées que pour le grand public, reste les conséquences économiques de la crise (58 %). "Les annonces à venir sur toute une série de plans sociaux devraient encore faire bouger ces indicateurs", estime Frédéric Dabi.

des conséquences hétérogènes

"Cette période inouïe a laissé des traces économiques, physiques et psychologiques indéniables, conclut-il. Les personnes handicapées attendent des changements, notamment organisationnels". Jérémie Boroy se veut plus nuancé. "Pour certains, c'est clair, le confinement a entraîné une fatigue accrue, parfois amplifiée par l'arrêt des soins et un isolement à la fois social et professionnel, concède-t-il. Mais, pour d'autres, elle a, au contraire, facilité les choses, à savoir celles qui, du fait de leur handicap, ont déjà l'habitude de devoir faire face à l'inattendu, l'imprévu et à chercher des solutions pour contourner les obstacles". "Certaines personnes parlent même d'une expérience très positive de télétravail", poursuit-il, appelant "à ne pas généraliser toutes les conclusions".

prolongation des mesures exceptionnelles

Une capacité d'adaptation partagée par Hadda Guerchouche, entrepreneure et coach qui, avec le soutien de Cap emploi, aide les personnes handicapées en recherche d'emploi à développer confiance et estime de soi. "L'enjeu est de leur apprendre à recevoir et à ne plus être dans une posture de victime, certainement renforcée par le confinement, explique-t-elle. Se retrouver seul chez soi, pour celles qui souffrent depuis longtemps d'un manque de reconnaissance, c'est très compliqué". De son côté, la présidente de l'Agefiph rappelle la prolongation des dix aides exceptionnelles pour les travailleurs handicapés jusqu'au 30 septembre 2020 (article en lien ci-dessous) -ou 31 décembre pour les entrepreneurs-, la mise en place de trois mesures d'urgence pour soutenir l'alternance, et affirme sa volonté de "renforcer des actions pratico-pratiques pour accompagner le retour en emploi avec les aménagements nécessaire". "Tous contributeurs, tous acteurs, tous vigilants, tous pour l'inclusion !", conclut-elle.

source : emploi.handicap.fr




vous êtes ici : accueil » dépêches » dépêches Handicapzéro » détail d'une dépêche Handicapzéro


© 2020 — confort de lecture