vous êtes ici : accueil » dépêches » dépêches Handicapzéro » détail d'une dépêche Handicapzéro


Trois nouvelles poses de rétine artificielle en France

mardi 14 décembre 2010 à 11h26

Trois nouvelles poses de rétine artificielle chez des patients ont été réalisées en France à Paris à l'hôpital des Quinze-Vingts, depuis la première faite début 2008 dans le même établissement sur un homme devenu aveugle.

Quatre personnes devenues complètement aveugles sont ainsi, au total, porteurs d'une rétine artificielle en France et ont réappris à reconnaître des obstacles, des bandes blanches pour traverser, à distinguer des lettres de grandes tailles et des mots courts. Ces progrès se font graduellement, grâce à une rééducation intensive. Le dernier patient a été implanté il y a 18 mois.

Il s'agit d'une version sensiblement améliorée de la prothèse de rétine de la société Second Sight qui avait été utilisée pour la première pose réalisée en 2008.

Les patients ne les utilisent pas en permanence car cela demande un gros effort d'attention. Cela reste un essai clinique visant à permettre de s'orienter dans son environnement familier, de reconnaître des formes sans obtenir une vision normale.

La première pose avait été faite en France chez un patient atteint d'une maladie de la rétine le 13 février 2008 deux jours après la première européenne réalisée à Genève avec le même implant de Second Sight, en collaboration avec l'équipe française.

La rétine comporte des photorécepteurs, des cellules (neurones) qui absorbent la lumière, transforment le signal lumineux en signal électrique transmis au cerveau par l'intermédiaire du nerf optique.

L'implant de la compagnie californienne comprend 60 électrodes, alors que l'on possède normalement 130 millions de photorécepteurs. Le but est de redonner un certain degré de perception visuelle à des personnes atteintes de cécité acquise.

Ces prothèses rétiniennes ne s'adressent pas à des aveugles de naissance, ni à des gens dont le nerf optique est détruit,  elles concernent des pathologies de la rétine comme la rétinite pigmentaire, dont sont atteints les quatre patients de plus de 50 ans inclus dans l'essai clinique des Quinze-Vingts, et pourraient concerner, à l'avenir, la dégénérescence maculaire liée à l'âge (D.M.L.A.). Dans ces pathologies, les photorécepteurs dégénèrent, provoquant progressivement une perte de la vue, mais dans lesquelles des neurones de la rétine interne sont encore fonctionnels.

Au total, il y a eu 30 poses de prothèses rétiniennes dans le monde, dont 4 en France.







vous êtes ici : accueil » dépêches » dépêches Handicapzéro » détail d'une dépêche Handicapzéro


© 2020 — confort de lecture