vous êtes ici : accueil » santé » actualités


actualités

Régime végétarien : les risques de forme grave du coronavirus réduits ?

Régime végétarien : les risques de forme grave du coronavirus réduits ?<br>

Lundi 21 juin 2021, 21h01

vendredi 18 juin 2021


Une étude récente réalisée auprès de 3 000 personnels de santé dans six pays a révélé que ceux qui avaient un régime végétarien avaient 73% moins de risques de souffrir d’une forme grave du coronavirus.

Notre alimentation a-t-elle un rôle dans notre capacité à lutter contre le coronavirus ? Selon une étude récente publiée dans la revue BMJ Nutrition Prevention & Health a étudié des personnels de santé ayant un régime végétarien et à base de poissons afin d’analyser leur impact sur la gravité de l’infection. Résultat, dans les six pays où l’étude a été réalisée, les régimes à base de végétaux ou de poissons étaient associés à une probabilité plus faible de développer un coronavirus modéré à sévère. En effet, les données récoltées sur 3 000 personnels de santé via un sondage révèlent que les personnes végétariennes ont un risque réduit de 73% d’être atteintes d’une forme grave du virus. Le risque est réduit de 59% pour les personnes ayant une alimentation constituée de poissons, comparativement à ceux qui mangent de la viande. Pour les auteurs de l’expérience, ces habitudes alimentaires peuvent être prises en compte comme un facteur de protection contre la Covid-19 sévère.

L'exclusion des aliments pro-inflammatoires

À l’inverse, les personnes ayant une alimentation faible en glucides, mais riche en protéines, ont selon cette étude quatre fois plus de risques de développer une forme grave du coronavirus. Les personnes suivant un régime végétarien avaient des apports plus élevés en légumineuses, noix et légumes riches en fibres et en vitamines A, C et E. Des aliments qui soutiennent le système immunitaire et la santé globale. Les auteurs recommandent donc un régime végétarien qui évite les aliments pro-inflammatoires tels que la viande rouge et les aliments transformés, qui sont associés à des effets négatifs sur la santé, pour aider à se protéger contre les formes graves du Covid-19.

La consommation de poisson est une importante source de vitamine D et d’acides gras omega-3 de type DHA et EPA. Ils ont des effets anti-inflammatoires en supprimant la production de cytokines pro-inflammatoires. "Nos résultats suggèrent qu’une alimentation saine riche en aliments riches en nutriments peut être envisagée pour la protection contre la Covid-19 sévères", concluent les auteurs de l’étude. En effet, "une alimentation de qualité est importante pour une réponse immunitaire adéquate, ce qui peut influencer la sensibilité à l’infection et sa gravité", selon Shane McAuliffe, vice-président du NNEdPro Global Centre for Nutrition and Health. Il assure que cette étude "met en évidence la nécessite d’améliorer les études prospectives conçues sur l’association entre l’alimentation et les effets de la Covid-19".

Le Dr Carmen Piernas, professeur de recherche universitaire et scientifique en nutrition à l’université d’Oxford, a toutefois relativisé la portée de l’étude en assurant que "la population étudiée ne comprenait que des professionnels de la santé fortement exposés à la Covid-19 et n'est pas représentative de l'éventail des comportements alimentaires dans la population en général". Le Professeur François Balloux, directeur de l'Institut de génétique de l'UCL et professeur de biologie computationnelle à l'University College de Londres, assure également dans le Science Media Centre qu'une "validation supplémentaire peut être nécessaire pour confirmer une causalité directe entre le régime alimentaire et la gravité de la maladie". En effet, selon lui, "des variables de mode de vie non prises en compte et corrélées avec le régime alimentaire pourraient influencer la santé générale des sujets de l'étude, et donc la façon dont ils ont fait face à l'infection du coronavirus".






vous êtes ici : accueil » santé » actualités


© 2021 — confort de lecture