pour aller plus loin


Le point sur les ondes.

Les compteurs de gaz installés par GRDF communiquent avec des points relais par liaison radio sans-fil. Le compteur de gaz transmet les informations de consommation à un point relais 2 fois par jour, en moins d'une seconde. Installé sur un toit d'immeuble, ce point relais envoie ensuite les données au système d'information du distributeur via le réseau G.P.R.S., 3G.

1. L'avis de l'Agence nationale des fréquences sur les champs électromagnétiques.

Les campagnes de mesure réalisées par l'Agence nationale des fréquences (ANFR) ont mis en évidence que les niveaux mesurés d'exposition aux ondes radio des compteurs apparaissent faibles et sont très inférieurs à la valeur limite réglementaire fixée par décret, qui est de 28 V/m pour une fréquence d'émission de 169 MHz.

anfr.fr/controle-des-frequences/exposition-du-public-aux-ondes/compteurs-communicants/compteur-gazpar/

2. L'avis de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.

Les données disponibles à ce jour amènent l'ANSES à conclure à une faible probabilité que l'exposition aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants radioélectriques (gaz et eau) dans l'actuelle configuration de déploiement, engendre des effets sanitaires à court ou long terme.

L'exposition à proximité d'un compteur de gaz est très faible, compte tenu de la faible puissance d'émission et du nombre réduit de communications. L'exposition due aux compteurs est par exemple bien plus faible que celle due à un téléphone mobile et équivalente à une technologie radio proche de la bande F.M..

anses.fr/fr/content/compteurs-communicants-des-risques-sanitaires-peu-probables

En savoir plus.
L'application de l'ANFR sur les ondes émises par les objets du quotidien dans la maison : anfr.fr/controle-des-frequences/exposition-du-public-auxondes/la-maison-anfr/#menu2