mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

lecteurs mal et non voyants protestent contre le Kindle en classe

mercredi 19 décembre 2012 à 11h48

La National Federation of the Blind (NFB) a lancé un appel à manifester le mercredi 12 décembre 2012 devant le quartier général d'Amazon, à Seattle. Sous les fenêtres du bureau de Jeff Bezos, le P.D.G. de la société vendeuse de Kindle, des lecteurs ont protesté contre l'utilisation de ces lecteurs ebook en classe. Au motif qu'à force de formats propriétaires, la lecture numérique à la sauce Amazon exclurait les élèves mal ou non voyants.

La mobilisation n'est pas une première pour la NFB, qui multiplie les interventions pour dénoncer la consensualité d'Amazon en matière d'accessibilité à la lecture numérique. John G. Paré, directeur de la stratégie au sein de la fédération, dénonce ainsi "des ebooks inadaptés aux élèves mal ou non voyants du primaire et du secondaire, parce que ces derniers ne peuvent recourir à une lecture détaillée du texte".

Ce type de fonctionnalités recouvre aussi bien la lecture mot par mot, voire lettre par lettre, ou encore par la voie auditive. Si la lecture audio d'un livre est possible (uniquement, toutefois, avec certains titres vendus dans la boutique Kindle), celle-ci s'avère décevante pour les utilisateurs en situation de handicap : impossible, par exemple, de revenir sur une phrase précise, ou encore d'effectuer des recherches sur un mot inconnu.

La plupart des ereaders se voient reprocher les mêmes manquements, et seul Apple semble légèrement en avance dans ce domaine, souligne la NFB, pour qui La Pomme assure le plus grand nombre de fonctionnalités.

Le récent Kindle Paperwhite, d'ailleurs, n'effaçait pas le passif de la société : il est dénué de prise jack, ce que la National Federation of the Blind n'avait pas manqué de pointer. (voir notre actualitté) Des considérations commerciales, mais également légales en vertu de l'opposition des ayants droit à l'intégration de la fonction text-to-speech (lecture à voix haute), sont mobilisées par ces questions d'accessibilité.

Source : actualitte.com