mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

M6 : haro sur les idées reçues sur le handicap

samedi 11 novembre 2017 à 08h45

A l'occasion de la semaine européenne pour l'emploi des personnes en situation de handicap , le groupe télévisuel a choisi d'organiser des activités et des animations ludiques.

 

En matière de handicap, le C.S.A. veille au grain. Le gendarme de l'audiovisuel s'assure notamment de l'accessibilité des programmes et de la représentation du handicap à l'antenne. Côté écran, le groupe M6 est dans les clous, diffusant régulièrement des émissions ou séries qui visent à faire tomber les préjugés. Derrière le poste, in situ, la démarche est la même. "Nous faisons preuve de pragmatisme et de bon sens. Mieux que tous les grands discours, il faut du concret. C'est ce que nous faisons, en interne, en agissant en faveur de la sensibilisation de nos équipes au handicap", pointe Christophe Foglio, le directeur des ressources humaines du groupe M6.

 

fête de la musique et match de foot

 

La sensibilisation constitue l'un des cinq axes d'action de la "mission handicap" du groupe, créée en 2007, au même titre que la formation et le maintien dans l'emploi des personnes en situation de handicap, ou que le recours au secteur protégé. "L'objectif de la sensibilisation est d'en finir avec certaines idées reçues. Il s'agit, par exemple, de rappeler qu'une grande majorité des handicaps sont invisibles, et que 85 % d'entre eux surviennent non pas à la naissance, mais au cours de la vie", indique Christophe Foglio. Afin de susciter l'adhésion de tous, pas question de sombrer dans le pathos. Le credo de M6 est de miser sur le ludique et sur le principe du "vis ma vie". "L'idée est de mettre les salariés en situation", dit-il.

 

Les activités et animations qui viennent rythmer le quotidien des collaborateurs sont des événements qui font généralement écho à l'actualité. A l'occasion de la fête de la Musique, M6 a ainsi convié à se produire, en live et dans ses locaux, un groupe de musiciens professionnels, dont le batteur est amputé de son avant-bras. Dans le cadre de l'Euro de Foot 2016, l'entreprise a organisé un match entre des collaborateurs, les yeux bandés, et des joueurs déficients visuels, membres de l'équipe de France de Cécifoot. Lors de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées, des parcours "Handicap TpasCap" et des ateliers « travailler avec un trouble DYS » permettent aux salariés de s'informer, mais aussi d'expérimenter les difficultés que peuvent rencontrer les personnes concernées.

 

au comptoir des innovations

 

Pour la semaine européenne pour l'emploi des personnes handicapées, qui se déroule du 13 au 19 novembre, M6 a choisi la thématique de l'innovation, notamment numérique. "Au comptoir des innovations, nous pourrons montrer à nos collaborateurs les technologies développées à l'intention des personnes en situation de handicap. Nous présenterons un imprimante 3D qui permet de réaliser des éléments de prothèses. Et nous ferons également un focus sur l'application AVA, destinée aux sourds et malentendants", explique le D.R.H..

 

M6 n'oeuvre pas toujours en solo. Il a conclu divers partenariats, notamment avec Jaris, centre de formation aux métiers du journalisme et de l'audiovisuel pour les personnes en situation de handicap, déscolarisées ou issues de quartiers sensibles. le groupe a recours aux services d'entreprises adaptées et s'appuie aussi sur des sociétés de communication spécialisées dans la diversité et le handicap. Récemment, M6 a signé un "accord handicap". "Suite à cet accord, six de nos collaborateurs ont déclaré leur handicap. C'est aussi le but de nos différentes actions", souligne Christophe Foglio. Pour cette démarche globale, M6 s'est vu décerner le prix Humania 2017, dans la catégorie RSE. Dans la catégorie R.H., c'est le groupe Solvay qui a été récompensé, pour avoir mis en place  un socle commun à l'intention de l'ensemble ses salariés en matière de couverture sociale ."

source : business.lesechos.fr