mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

page niveau 3

techno pour aveugles : lentement mais sûrement

vendredi 24 novembre 2017 à 08h55

La technologie, du moins celle à laquelle nous sommes confrontés quotidiennement, mise toujours plus sur le visuel. Qu'il s'agisse d'écrans tactiles ou de réalité augmentée, l'oeil est nécessaire pour exploiter pleinement ces innovations. Mais le progrès technologique est-il également au service des mal- voyants ?

Data News a cherché l'inspiration à l'occasion de BrailleTech, un salon organisé par la Ligue Braille et qui regroupe l'ensemble des distributeurs d'instruments destinés aux aveugles et aux malvoyants. "Il n'existe que peu de magasins qui regroupent plusieurs marques, estime Lynn Daeghels de la Ligue Braille pour justifier le concept. Et comme il s'agit souvent de matériels coûteux, il est intéressant de pouvoir les comparer. Il faut dès lors se rendre à chaque fois dans le magasin de la marque, ce qui n'est pas évident pour une personne souffrant d'un handicap visuel. Ici, il est possible de tout tester et comparer. Nous veillons aussi toujours à ce qu'une personne de la Ligue Braille soit présente pour donner un conseil impartial."

Premier constat : il s'agit d'un domaine où la technologie progresse relativement lentement. Si, voici 5 ans, un salon de ce type était dominé par les loupes pour écran, les choses n'ont pas changé cette année. Les loupes pour écran sont souvent des appareils volumineux qui se posent sur un journal ou une facture et qui en agrandissent les caractères sur écran. Ces dispositifs permettent de zoomer et de dézoomer, tandis que diverses technologies existent pour adapter le contraste et la clarté en fonction du handicap visuel. "Il existe de très nombreuses formes de déficience visuelle, poursuit Lynn Deaghels. Le glaucome est par exemple une maladie que de nombreuses personnes connaissent parce qu'une personne âgée de leur entourage en est peut-être atteinte, mais il y aussi la cataracte, la dégénérescence maculaire, la rétinopathie diabétique, etc. Certaines personnes sont aidées par une augmentation du contraste, d'autres préféreront choisir un autre contraste de couleur ou ont besoin d'un agrandissement plus important ou d'une combinaison de plusieurs éléments." Enfin, les appareils plus coûteux convertissent le texte en voix à l'intention des personnes totalement aveugles.

mobilité

Du fait de leurs dimensions, ces loupes pour écran ont souvent une place fixe dans le salon. "Je conseille d'aménager un coin de lecture où il sera possible le matin de lire le journal et de traiter ses factures et son courrier, ajoute Jan Van Winckel, directeur de VoiZi, un distributeur d'équipements. Pourtant, le mobile se fraie peu à peu un chemin. C'est ainsi que l'on trouve déjà des versions relativement portables, par exemple des appareils de la forme d'une tablette avec écran de 13,3 pouces et permettant de visualiser un texte. Mais la version la plus moderne de cette technologie est sans doute l'eSight, un appareil qui ressemble à des lunettes de réalité virtuelle ou aux Google Glass en plus encombrant et qui est surtout destiné aux malvoyants. Les lunettes s'apparentent à une version compacte des loupes de grande dimension et intègrent une caméra H.D.. Les lunettes embarquent 2 petits écrans LED qui permettent de zoomer sur l'image de la caméra ou d'adapter le contraste, les couleurs et la luminosité. Selon ses concepteurs, il est possible de venir en aide à 75 % des malvoyants.

règle braille et dactylo "à l'aveugle"

Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier les règles braille. Les claviers en plastique permettent de dactylographier en braille, tandis que la règle placée au-dessus permet de vérifier l'orthographe. Il s'agit certes d'une méthode fastidieuse, mais qui se commande totalement au toucher, ce que l'écran tactile d'un smartphone ne permet pas. Voilà bien un domaine où le bon vieux Nokia avec ses touches se révélait plus facile à manipuler. "Si les touches des anciens téléphones étaient en effet plus faciles, il est possible chez nous d'apprendre très facilement à se servir d'un smartphone sans utiliser les touches, fait remarquer Lynn Daeghels. Une fois que l'on maîtrise cette technique, de très nombreuses possibilités s'ouvrent à vous. Par ailleurs, on peut utiliser un G.P.S. vocal pour se guider dans les rues. C'est là une fonction que n'offrait pas les vieux Nokia. Ces appareils étaient simples, mais leurs possibilités étaient aussi limitées."

Les aveugles et malvoyants qui maîtrisent le braille peuvent connecter les règles braille mobiles à leur smartphone pour envoyer des S.M.S. sans utiliser l'écran tactile.

 

Quoi qu'il en soit, nous avons été surpris du nombre de personnes, et parfois même plus âgées, qui utilisaient des smartphones et Siri. Deaghels estime d'ailleurs que l'évolution est positive, citant ainsi l'exemple de BlindShell, un smartphone Android (à écran tactile) totalement conçu pour les aveugles et les malvoyants grâce à son interface facile à utiliser. L'appareil fait ce que l'on attend d'un smartphone et gère par exemple l'agenda, mais intègre aussi en standard des applis comme TapTapSee. "Les technologies que nous utilisons dans notre vie quotidienne en tant que personne voyante sont adaptées en conséquence, poursuit Daeghels. Chacun s'approprie la technologie, mais il faut parfois des recherches plus longues pour mettre au point un bon produit."

iOS pour malvoyants

Parmi les différents systèmes d'exploitation mobiles, l'iOS d'Apple propose le plus grand nombre de fonctions pour les malvoyants, estime Joos Vander Elst de la Ligue Braille. Voici les applis et fonctions qui font de l'iPhone un outil portable.

VoiceOver (en standard dans iOS)

Celui-ci est intégré à l'iPhone et à l'iPad et permet de commander l'appareil à la voix. Une voix décrira notamment tous les boutons ou lira un site Web. Souvent, Apple collabore avec des fournisseurs pour veiller à prévoir une certaine logique, et notamment que la fonction de lecture à haute voix ne saute pas une page. Il s'agit là d'une fonction qui interagit de manière pratique avec Siri, l'assistant numérique.

clavier braille (en standard dans iOS)

Une fonction sans doute moins connue de l'iPhone : à côté de la loupe d'écran et le rotor, qui permet de vous servir de l'appareil sans utiliser les touches, l'iPhone est aussi pourvu d'un clavier braille en standard. Ce clavier consiste en six boutons, un pour chaque point d'une lettre braille.

Blindsquare 

Un G.P.S. associé à la boussole du smartphone et qui vous décrit où vous vous trouvez effectivement. L'appli permet également de définir des points qui font office de repère pour éviter de se perdre. Une simple pression sur le bouton permet de revenir au point d'intérêt précédent.

Digit-Eyes 

Cette appli lit les codes à barres à haute voix afin de savoir par exemple si vous choisissez une bouteille d'eau plate ou pétillante. L'appli permet aussi de créer et d'imprimer de nouveaux codes à barres que vous pourrez coller sur vos boîtes de soupe ou de légumes dans votre surgélateur.

 

Be My Eyes 

Une appli de crowdsourcing qui met en relation des personnes ayant besoin d'aide avec un aidant. Les bénévoles peuvent indiquer quand ils sont disponibles et reçoivent ensuite le cas échéant une invitation à faire de la visioconférence pour aider par exemple un malvoyant à déchiffrer l'arrivée d'un train.

TapTapSee 

Cette appli analyse les photos et vous en explique le contenu. Chose surprenante pour TapTapSee : le système implique à l'ancienne de véritables personnes pour expliquer le contenu d'une photo. Un domaine où l'intelligence artificielle, et notamment Seeing AI de Microsoft, devrait très rapidement prendre la relève.

KNFB Reader 

Une appli de Sensotec, qui commercialise aussi les appareils physiques pour lire des livres. Cette appli convertit le texte en voix.

source ; datanews.levif.be