mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

pièces différentes, cases surélevées : les échecs s’adaptent aux personnes malvoyantes

jeudi 10 janvier 2019 à 08h56

Pour permettre à des enfants malvoyants de jouer aux échecs, le club Échecs Plus Cherbourg a investi dans quatre échiquiers adaptés.

Des pics sur le dessus des pièces noires pour les distinguer des blanches, et des cases noires surélevées par rapport aux blanches, c’est à cela que ressemble un échiquier adapté aux personnelles visuellement déficientes.

 

Des échiquiers comme celui-ci, l’association cherbourgeoise Échecs Plus en a acheté quatre pour que les personnes malvoyantes puissent y jouer.

 

Laëtita Lebarbey, présidente adjointe d’Echecs Plus, explique 

 

"Tout se joue sur l’échiquier. On peut adapter le support sans mettre en difficulté les malvoyants. C’est une activité où on ne pense pas aux performances".

 

"on peut jouer aux échecs à l’aveugle"

Forte de son expérience de maman d’un enfant malvoyant, elle confirme que le handicap n’a pas sa place aux échecs. Son fils, Marin, y joue depuis presque 3 ans.

 

Et contrairement aux autres sports, où l’information est essentiellement spatiale et passe par la gestuelle, "on peut jouer aux échecs à l’aveugle". En revanche pour les non-voyants, chaque joueur possède son propre échiquier.

  

un sport de rencontres

Une dizaine d’autres enfants ayant un déficit visuel ont découvert les échecs auprès de professionnels le samedi 5 janvier 2019, le temps d’un après-midi. Originaires d’Avranches, de Lessay ou de encore de Gavray, leurs familles ont fait le déplacement depuis le sud-Manche jusqu’à Cherbourg.

 

Ils sont tous suivis par le service éducatif spécial et de soin à domicile (Sessad) de la Manche, qui a vu le jour il y a un an. La responsable, Marceline Simon, a organisé cet événement, en partenariat avec le club Echecs Plus, pour favoriser les rencontres entre les familles, parfois très isolées. La professionnelle explique : "les échecs sont un sport de rencontres, qui donne aux gens l’occasion d’être ensemble. Une psychologue du service nous a même rejoints avec ses deux enfants".

 

source : actu.fr/normandie