mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

IN2: la réalité virtuelle au service des malvoyants

lundi 13 mai 2019 à 08h18

En jouant sur le son et l'odorat, aidée par les nouvelles technologies, Marie Renault a conçu une fiction auditive à destination des malvoyants.

présentation

Casque sur les oreilles et sourire aux lèvres, Violaine hume l'odeur de café qui émane de la petite boîte jaune qui lui fait face. Non-voyante de naissance, elle teste pour la première fois l'invention de Marie Renault: une fiction auditive basée sur un concept de réalité virtuelle pour malvoyants. 

 

"J'ai des amis non-voyants et malvoyants et nos sorties sont limitées. Il y a souvent des obstacles au divertissement et ça ne devrait pas être normal", explique Marie. Graphiste vidéo de formation, elle s'est entourée de comédiens, de professionnels du son et de l'olfaction pour concevoir le divertissement le plus immersif possible. "Le plus gros challenge a été de se mettre à la place de ce public et d'imaginer une histoire qui puisse être entendue": guidée par ses lectures et l'expérience de ses amis, Marie a mis au point un produit adapté au 1,7 million de malvoyants que compte la France. 

Son projet pilote ne ressemble en rien à un livre audio. Les dialogues des comédiens et les sons annexes ont été captés par un enregistrement "binaural", reproduisant le plus fidèlement possible une écoute humaine. Sous un casque, la sensation est étonnante: la pluie tombe autour de l'auditeur, la porte s'ouvre à droite quand les pas du personnage viennent de la gauche.

stimuler l'odorat sans l'encombrer

"Les odeurs ont été un vrai défi, parce qu'il ne fallait pas saturer l'odorat", ajoute Marie. A l'aide d'un "nez" de parfumeur et d'un ingénieur, elle a mis au point un système de ventilation relié à un ordinateur qui contrôle l'ouverture de petites boîtes renfermant les odeurs créées pour l'occasion, pour les diffuser à des moments clés de l'histoire.

Développé dans le cadre de son mémoire de fin d'études, le projet de Marie Renault a été présenté au public en 2018, à l'occasion du salon Viva Technology consacré à l'innovation technologique. Elle aimerait aujourd'hui le faire évoluer : encore au stade de l'expérimentation, il répond, selon elle, à un vrai besoin des hôpitaux, des associations, voire des musées, et d'un public demandeur de nouvelles dimensions. 

source : lexpress.fr