mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

Etre - 01.12

téléphonie mobile : un bilan mitigé.

Janvier - février 2012.

Outil de communication personnelle et professionnelle, le téléphone mobile contribue à l'insertion sociale des individus. D'où la nécessité, reconnue depuis la loi de février 2005, de le rendre également accessible aux personnes handicapées.

D'indéniables progrès ont été faits, aussi bien en ce qui concerne les terminaux que les services. D'autres, nombreux, restent à accomplir.

Du lundi au vendredi de 15 heures à 17 heures, Salima Kerbouai de Handicapzéro et ses collègues assurent une permanence destinée aux personnes aveugles qui s'interrogent sur l'utilisation du téléphone. Pendant deux heures, les appels se succèdent. Même chose, ou presque, au Réseau nouvelles technologies (RNT) de l'Association des Paralysés de France (A.P.F.). Avec le partenariat d'A.P.F. Formation, cette structure anime une permanence de conseils téléphoniques.

Des questions nombreuses lui sont posées, sur l'informatique et tous types de matériel adapté. La téléphonie y occupe une place majeure. Toujours à destination des personnes handicapées moteurs, la Plateforme nouvelles technologies (PFNT) de l'hôpital Raymond-Pomcaré à Garches dispense conseils et formations, et elle effectue de la recherche dans le domaine des nouvelles technologies appliquées au handicap Nombreuses sont les initiatives qui ont pour objectif de répondre aux questions des personnes handicapées sur la téléphonie.

la charte d'engagement des télécoms du 9 juin 2011.

Si de nombreuses personnes déplorent un faible relais institutionnel, les avancées obtenues en matière de téléphonie par les associations sont considérables. Signée le 9 juin 2011, la charte d'engagements volontaires du secteur des télécommunications apparaît ainsi à l'ensemble des acteurs comme un pas considérable vers l'objectif poursuivi : la possibilité pour tous et à n'importe quel moment de correspondre par téléphone.

"Apres un premier texte en 2005, celui-ci vient préciser les critères d'accessibilité de la téléphonie pour les différents handicaps. ll s'étend cette année aux téléphones fixes. Grâce à ce texte, un travail de qualité s'est instauré S'enthousiasme Salima Kerbouai. Depuis, les trois plus grands opérateurs que sont France Télécom-Orange, Bouygues et S.F.R., les constructeurs de terminaux et d'équipements ainsi que les représentants des associations les plus importantes par famille de handicap se réunissent régulièrement".

handicap mental et moteur : les parents pauvres de la téléphonie.

Une mise en commun des connaissances est d'autant plus précieuse qu'elle est rare. Aussi la satisfaction de Salima Kerbouai est-elle loin d'être partagée par tous.

Entre autres, Sandrine Paniez de l'Union nationale des associations de parents de personnes handicapées mentales et de leurs amis (Unapei) et Thierry Danigo du RNT déplorent des insuffisances encore flagrantes. En fait, les différentes familles de handicaps sont loin d'être égales devant la téléphonie. Le handicap mental est celui qui souffre du plus grand retard "Depuis que je suis responsable de projets accessibilité à I'Unapei, c'est-à-dire depuis trois ans, je travaille aux côtés de mon équipe à intégrer aux lois existantes des articles concernant le handicap mental", explique Sandrine Paniez.

Car si avec I'apprentissage adéquat, la plupart des téléphones récents peuvent être utilisés, "tout ce qui entoure le simple geste de l'appel téléphonique pose problème", observe-t-elle. L'achat, déjà, est compliqué. Comment savoir quel modèle choisir ? Sans formation, les vendeurs ne peuvent orienter correctement des clients dont ils ignorent les particularités. ll en va de même pour le service après-vente, hors de portée des personnes atteintes de ce handicap.

Thierry Danigot rapporte l'existence de freins puissants concernant le handicap moteur. Entre autres, il relevé que la généralisation des écrans tactiles de téléphone constitue une source d'inquiétude pour bien des personnes. Si ceux-ci offrent une aide précieuse aux myopathes ainsi qu'aux personnes handicapées mentales, les personnes atteintes d'autres handicaps sont plutôt pénalisées "Tout handicap au niveau des membres supérieurs rend les écrans tactiles difficiles, voire impossibles à utiliser. Ils sont trop sensibles et il suffit parfois d'un frôlement pour annuler une manipulation", explique t-il.

De plus, les Smartphones et les tablettes tactiles qui dominent aujourd'hui le marché de la téléphonie mobile ne peuvent pas gérer plusieurs tâches en même temps. Or une personne handicapée moteur aurait besoin de pouvoir communiquer tout en ouvrant un logiciel de clavier virtuel. Ce qui signifie qu'aujourd'hui, en plus du téléphone, cette personne doit être équipée d'un pocket P.C., ne serait-ce que pour passer un simple appel !

investir dans la recherche.

"On ne peut pas aller contre le progrès technique. La téléphonie évolue vite et c'est à nous, aux associations, de "suivre pour pouvoir proposer des solutions adaptées aux besoins de chacun", dit Thierry Danigot. D'où l'importance de la recherche. Et, selon ce dernier, le meilleur moyen est de développer des projets avec des étudiants ingénieurs.

"À partir du moment où des sociétés donnent leurs outils, des étudiants peuvent développer des produits qui n existent pas sur le marché". Pour l'instant, parmi les systèmes d'exploitation de Smartphones, seul Android (produit détenu par Google) donne librement accès à ses codes. Grâce à cela, l'Isen (Institut Supérieur de l'Électronique et du Numérique) de Lille a pu développer un logiciel Android qui rend un Smartphone accessible aux personnes handicapées Présentée au Challenge handicap et technologies 2011, cette innovation s'est vue récompensée par le premier prix.

des opérateurs plus ou moins coopérants.

De leur côté, les opérateurs de téléphonie font des efforts que tout le monde n'apprécie pas de la même façon."La plupart des opérateurs se vantent d'avoir des téléphones accessibles. Certes, leurs gammes comprennent des téléphones simplifiés, comme ceux de la marque Basile. Mais l'ergonomie ne fait pas tout. Encore faut-il que tes différents services soient accessibles, ce qui n'est pas le cas".

Salima Kerbouai est un peu plus optimiste, et fournit une preuve supplémentaire des progrès de la téléphonie adaptée au handicap visuel. Selon elle, "tous les opérateurs ont une offre d'accessibilité pour les personnes malvoyantes et aveugles". S.F.R. et Bouygues ont un lien étroit avec l'association Handicapzéro en cas de questions relatives à la cécité, les clients sont orientés vers elle. Ces opérateurs relaient aussi la documentation en braille produite par les collègues de Salima.

L'Union nationale pour l'insertion du déficient auditif (Unisda) a également une image plutôt positive de l'investissement des opérateurs de téléphonie mobile en matière d'accessibilité. L'Unapei, par contre, déplore l'absence de démarches en faveur des personnes handicapées mentales.

la téléphonie pour les sourds.

C'est sans nul doute pour la téléphonie adaptée aux personnes sourdes qu'apparaîtront dans un avenir proche les évolutions les plus prometteuses. Une urgence, dans la mesure où, selon Cédric Lorant, "si les terminaux sont bien conçus, l'accessibilité de la téléphonie aux personnes sourdes reste aujourd'hui très réduite". Le développement des services s'avère indispensable.

À cette fin, l'Unisda et divers opérateurs ont mené un travail en commun qui a notamment abouti à un projet de création d un centre-relais téléphonique. Celui-ci, mis à l'étude en 2006, devrait voir le jour en 2012.

Il s'agit d une plateforme de communication accessible via Internet, la personne handicapée contacte d'abord le centre relais et lui communique le numéro du correspondant qu'elle souhaite joindre le centre-relais assurera une traduction simultanée par vidéo.

Aux États-Unis, grâce à un système similaire, les personnes sourdes peuvent téléphoner 24h sur 24. En France, l'absence d'un modèle économique fiable freine le développement de ce service. Le projet de 2012 est donc un test. Il devrait concerner 1 500 usagers pour une consommation de 30 minutes par mois, sur une durée d'un an. Les services clients sont eux aussi en voie d'adopter la vidéo comme moyen de communication avec leurs clients sourds.

De belles avancées en perspective !

outils