mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

les personnes ayant un handicap visuel - apports de l'enquête handicaps incapacités dépendance

Etudes et Résultats N 416 - juillet 2005 - Dress - Direction de la recherche des études de l'évaluation et des statistiques.

 
Les données de cette étude sont issues de l'enquête HID - handicap- incapacités -dépendance réalisée par l'INSEE, entre 1998 et 2000 auprès des personnes handicapées vivant à domicile, en institution, et en foyers spécialisés. L'échantillon des ménages a été constitué à partir d'un questionnaire de filtrage rempli par près de 400 000 personnes lors du recensement de la population de 1999. Seules les deux catégories "aveugles complets" et "malvoyants" ont été analysées dans cette étude.


Extraits.
(Intégralité de l'enquête : http://www.sante.gouv.fr/drees/etude-resultat/er416/er416.pdf )

L'exploitation de l'enquête HID apporte un nouvel éclairage sur la situation des personnes ayant un handicap visuel en France et notamment leur nombre. Ces données diffèrent des chiffres annoncés par l'O.M.S. en 2000 et sont dans cette enquête supérieures. Il est toutefois important de noter que les classifications dans cette étude impliquent des critères différents :


- Les aveugles ou malvoyants profonds seraient environ 207 000.
- Les malvoyants moyens 932 000.


Les résultats de l'enquête HID, extrapolés à l'ensemble de la population de France métropolitaine, permettent d'estimer à 1 700 000 environ le nombre de déficients visuels. Mais toutes ces personnes n'ont pas des déficiences de même degré de sévérité ni les mêmes difficultés. Ceci a conduit à élaborer, à partir des réponses, aux questions sur les déficiences et les incapacités visuelles, une classification de la déficience visuelle en quatre degrés de sévérité : aveugles, malvoyants profonds, malvoyants moyens et malvoyants légers). 207 000 personnes (12% des déficients visuels) seraient ainsi "aveugles" ou "malvoyants profonds", c'est-à-dire aveugles ou ayant une vision résiduelle limitée à la distinction de silhouettes, parmi lesquelles 61 000 seraient "aveugles complets". 932 000 personnes (55% des déficients visuels) seraient "malvoyants moyens", avec une incapacité visuelle sévère en vision de loin (beaucoup de difficultés ou une incapacité totale à reconnaître un visage à quatre mètres) ou en vision de près (beaucoup de difficultés ou incapacité totale à lire, écrire ou dessiner). Enfin, un peu plus 560 000 personnes (33% des déficients visuels) seraient "malvoyants légers". La nature et l'origine des problèmes de santé déclarés par ces personnes ont conduit à les classer "malvoyants", mais elles n'ont pas déclaré d'incapacités visuelles sévères pour la vision de loin ou la vision de près. Pour cette raison, un grand nombre de ces malvoyants ne seraient probablement pas considérés comme déficients visuels selon les définitions légales ou les critères couramment utilisés dans la pratique médicale.


Les hommes déclarent plus fréquemment une déficience visuelle que les femmes avant 75 ans et les femmes au delà de cet âge, le risque de malvoyance étant en outre presque deux fois plus élevé pour les ouvriers que pour les cadres.


La réduction de l'autonomie dans la vie quotidienne est l'une des principales conséquences des déficiences visuelles et plus d'un déficient visuel sur deux (56%) déclare une incapacité sévère concernant la mobilité et les déplacements : effectuer ses achats, sortir du domicile, porter des objets, monter ou descendre un étage d'escalier…). Près d'un déficient visuel sur deux (47%) indique par ailleurs une incapacité sévère pour les tâches ménagères et la gestion (effectuer les tâches ménagères courantes, préparer ses repas, remplir des formulaires simples…).


Les aides techniques destinées à la compensation du handicap sont quant à elles relativement peu utilisées. Enfin, environ un déficient visuel sur cinq déclare bénéficier d'une reconnaissance administrative.


Enfin, il est important d'intégrer l'ensemble des personnes souffrant de fatigue visuelle, population estimée en France à une personne sur deux.

outils