mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

actualités

Mesurer la fréquence cardiaque la nuit pourrait prédire le risque d’AVC

vendredi 16 février 2018


Une nouvelle étude relayée dans le Journal International de Médecine explique comment mesurer la fréquence cardiaque nocturne pourrait aider à déceler un risque de maladie cérébrovasculaire silencieuse exposant à un risque d'AVC plus tard.

Evaluer le rythme de la fréquence cardiaque la nuit pourrait aider à déceler une maladie cérébrovasculaire silencieuse. C'est ce que rapporte le Dr Philippe Tellier, dans le Journal International de Médecine relayant l'information. Au cours d'une étude, 680 volontaires âgés entre 73 et 77 ans dont 42 % étaient des hommes, sans aucun antécédent d'AVC ont été suivis. "La fréquence cardiaque, c'est-à-dire, le nombre de battements du coeur par minute et la pression artérielle ont été mesurés jour et nuit, au même titre que leur variabilité sous la forme d'enregistrements ambulatoires", rapporte le médecin dans l'article.

Fréquence cardiaque nocturne: un indicateur d'AVC silencieux ?

Pour effectuer cette mesure, chaque volontaire a subi une échocardiographie bidimensionnelle et une IRM cérébrale. Les chercheurs ont ensuite comparé les variations de rythme cardiaque avec l'incidence de maladies cérébrovasculaires sans symptômes et ils se sont aperçus qu'un lien existe bien. "Des infarctus cérébraux silencieux ont été détectés chez 93 participants (13;7%)", rapporte le médecin. Cet incident vasculaire est une sorte de petit AVC asymptomatique qui augmente le risque d'AVC symptomatiques ultérieurs. En revanche aucun lien n'a été trouvé avec la fréquence cardiaque au cours de la journée

Néanmoins, pour le spécialiste, s'il existe bien une association significative entre la fréquence cardiaque nocturne, (qui se rapproche le plus de la fréquence cardiaque au repos) et les maladies cérébrovasculaires silencieuses le lien de causalité n'est pas encore établi, mais pourrait aider à pronostiquer l'apparition d'une anomalie "asymptomatique".

Fréquence cardiaque : l'évaluer soi-même

Pour évaluer soi-même sa fréquence cardiaque, il suffit de positionner ses doigts à plat sur l’artère radiale qui se situe dans la face interne du poignet. En appuyant légèrement, on perçoit distinctement des pulsations régulières. Ces dernières correspondent au passage du sang dans l’artère. Le rythme de ces pulsations nous renseigne sur les fréquences cardiaques. Les valeurs normales prises au repos varient selon l’âge : entre 90 et 110 pulsations par minute pour un enfant, entre 80 et 85 pour un adolescent, entre 50 et 85 pour un adulte, entre 60 et 70 pour une personne âgée.