mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

actualités

Pourquoi manger des champignons aide à réduire le taux de sucre dans le foie

vendredi 17 août 2018


Une nouvelle étude amércaine révèle que manger des champignons de Paris pourrait aider le foie à mieux assimiler et réduire le taux de sucre dans le sang. 

Les champignons de Paris ne sont pas uniquement bons, ils seraient également bénéfiques au foie. Selon une nouvelle étude, menée par les chercheurs de la Penn State University (Etats-Unis), ils entraîneraient un changement dans le microbiote intestinal qui pourraient améliorer la façon dont le sucre est assimilé par le foie et réduire son niveau dans le sang.

Les champignon de Paris agissent comme des probiotiques

Au cours de cette recherche, les scientifiques ont nourri plusieurs souris de laboratoires avec l'équivalent de 85 grammes de champignons de Paris par jour. Toutes ont été séparées en deux groupes : les unes avec des bactéries intestinales, comme les humains et les autres n'en n'avaient pas. En étudiant leurs système digestifs, ils se sont rendus compte que les champignons de Paris, aidaient à générer plus d'acides gras dans le sang appelés propionate et succinate connus pour aider l'organisme à mieux assimiler le glucose.

"Ces acides gras ont permis de changer l'expression génétique d'un processus clé permettant l'assimilation du glucose entre le cerveau et les intestins", explique l'étude. En d'autres termes les champignon de Paris agiraient comme des sortes de probiotiques, des bonnes bactéries, qui permettent au système digestif de mieux se défendre. Pour les chercheurs, ces résultats devraient permettre de faire avancer la recherche pour de nouveau traitement ou moyen de prévention pour les diabétiques. Lorsqu'on est atteint de diabète le niveau d'insuline est soit insuffisant, soit inefficace et ne régule pas bien le taux de glucose dans le sang . Cela induit alors des pics glycémiques, qui, à la longue, peuvent entraîner des maladies cardiovasculaires.

Diabète : les taux à ne pas dépasser

La glycémie, la mesure de référence pour diagnostiquer un diabète
Pour savoir si une personne est diabétique, on mesure son taux de sucre, autrement appelé "taux de glucose" ou "glycémie". Ce taux a jeun doit se situer entre 0,70 et 1 g/L. Une heure et demi après le repas, la glycémie ne doit pas dépasser 1,4 g/L. Chez les personnes de plus de 50 ans, cette valeur de référence est augmentée de 0,10 g/L par décennie (soit 1,6 g/L chez les plus de 70 ans). Le taux à ne pas dépasser est différent chez les femmes enceintes : 0,9 g/L à jeun et 1,2 g/L après les repas.

L'hypoglycémie correspond à un taux de glycémie inférieur à 0.60 g/L. L'hyperglycémie (a jeun) à un taux supérieur à 1.10 g/L.

Quand le taux de diabète devient-il alarmant ?

Chez une personne normale, on parle de diabète lorsque le taux de sucre dans le sang dépasse 1,26 g/L au cours de deux analyses sanguines réalisées à jeun.