vous êtes ici : accueil >> santé >> actus avec medisite.fr >>

Canicule : près de 400 décès en excès recensés pour le mois d’août

Pendant les deux dernières semaines d'août, la France a connu sa 47 e vague de chaleur depuis 1947. Une période de canicule tardive et très forte, qui a eu de grandes conséquences sur la santé. Dans son point publié le 13 septembre, Santé publique France évoque une hausse inquiétante de la mortalité pendant cette période.

L’été 2023 a été particulièrement marqué par ses chaleurs élevées, en France, comme dans le reste du monde. Dans l’Hexagone, une forte canicule a notamment eu lieu fin août dans plusieurs départements.

"La 3e canicule de l’été s’est déroulée du 11/08 au 26/08/2023 et a concerné 52 départements dont 19 en vigilance rouge", détaille Santé publique France dans un point publié le 13 septembre 2023. Dans son communiqué, l’organisme de santé révèle le nombre de décès qui ont eu lieu pendant cette période, un chiffre supérieur aux années passées.

Chaleur : les plus de 75 ans représentent la majorité des décès

Pour calculer cela, Santé publique France s’est appuyée sur les données issues des bureaux d’état-civil et transmises par l’Insee. La méthode s’appuie sur le modèle statistique développé dans le cadre du projet européen EuroMomo et utilisé dans 28 pays ou régions européennes. Il prend en compte les données historiques sur 6 années, la tendance générale et les fluctuations saisonnières.

En tenant compte des départements touchés par la canicule, les experts notent une forte hausse des décès cet été par rapport aux années passées. Ils relèvent notamment près de 400 décès en excès, toutes causes confondues, ce qui représente une hausse de 5,4%. Ces chiffres concernent les départements touchés par les épisodes de canicule. La mortalité varie dans chacun d’entre eux, en fonction de :

la durée (nombre de jours en canicule) ;l’intensité des températures pendant l’épisode de canicule ;la période ;et du type de population touchée.

En effet, les personnes âgées de 75 ans et plus constituent la classe d’âge la plus touchée.

Les régions les plus touchées par la mortalité sont Auvergne-Rhône-Alpes avec 169 décès en excès (+ 7,3 %) et Nouvelle Aquitaine avec 120 décès en excès (+ 9,5 %). "L’excès relatif constaté dans les départements qui ont été placés en vigilance rouge (+5,5 %) est comparable à l’excès relatif des autres départements (+ 5,3 %)", précise Santé publique France.

Canicule : un nombre de décès recensés en dessous de la réalité

Si les chiffres sont alarmants, ils pourraient être pires qu’estimés. "Au-delà de cet épisode, la population Française a été exposée à la chaleur et à plusieurs épisodes de canicule depuis le début de l’été. Ainsi, cette estimation ne reflète pas l’ensemble de l’impact de la chaleur sur la santé", explique Santé publique France. En effet, il ne s’agit que d’une première estimation établie deux semaines après la fin de la période caniculaire. "Cette estimation sera consolidée dans le bilan final de l’été", détaille l’organisme de santé. Ce bilan comprendra

l’estimation finale de l’excès de mortalité consolidée sur l’ensemble de l’été et détaillée par canicule ,et les décès spécifiquement attribuables à la chaleur, à l’aide d’une méthode statistique développée à Santé publique France.

Ces premières données doivent servir à alerter sur les dangers de la chaleur, qui selon Santé publique France, est dangereuse même en dehors de la canicule. "La chaleur est un risque pour la santé, y compris en dehors des périodes de canicule, nécessitant la mise en place des mesures de gestion et de prévention pour diminuer l’impact de la chaleur sur les populations", conclut l’organisme de santé.