mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

page niveau 3

tout ce qui change en 2017

1. Un gain de 5 secondes au tour ?

 

La Formule 1 pénètre dans une nouvelle ère en 2017. Après les tâtonnements plus ou moins réussis de ces dernières années, les dirigeants de la FIA ont décidé de frapper un grand coup à l'aube de cette nouvelle saison. En résumé, plus de puissance, plus de vitesse et plus de place laissée au pilotage. Pour plus de spectacle ?

 

L'idée de cette nouvelle réglementation est de charger les appuis aérodynamiques pour augmenter les performances des monoplaces. Concrètement cela va se traduire par des voitures plus larges, leurs ailerons avant auront une forme de pointe, ceux à l'arrière seront plus bas afin d'assurer une meilleure motricité alors que les pneus Pirelli verront également leurs dimensions s'élargir.

 

Les résultats chronométriques devraient rapidement ressentir les effets de ces changements, les experts parlant déjà d'un gain de cinq secondes au tour. Pour les pilotes également, les conséquences seront manifestes, notamment en courbe où il faudra faire preuve d'un coup de volant bien plus physique que lors des dernières saisons. Les monoplaces seront plus rétives, plus difficiles à dompter.

 

Comme souvent, les écuries qui parviendront au mieux à jouer avec l'esprit et la lettre du règlement, sans l'enfreindre, parviendront à prendre l'avantage dès les premières courses. Et le temps que la concurrence réagisse, il est souvent déjà trop tard…

 

A priori, toutes ces mesures vont dans le sens d'un spectacle accru. Sauf que certains se demandent déjà si, avec cette nouvelle réglementation, il ne sera pas plus difficile de doubler qu'avant. En effet, une monoplace avec plus d'appuis est plus difficile à suivre, et donc à dépasser. Mais tout cela n'est que théorie et spéculation et la vérité de la piste sera peut-être toute autre. Il faudra toutefois attendre quelques courses pour tirer les premiers bilans de ce nouveau règlement. Quelles sont les principales caractéristiques techniques de celui-ci ?

 

2. Les changements en chiffres.

 

Les moteurs : la nouvelle réglementation abandonne le système de jetons qui limitait le nombre d'évolutions pouvant être apportées à l'unité de puissance au cours de la saison. Les motoristes sont donc libres d'introduire autant de nouveautés qu'ils le souhaitent aux différents composants de leur unité de puissance dans la limite du règlement tout au long du championnat. Cette décision a été motivée par la volonté de réduire les écarts de performance entre les motoristes. Par ailleurs, les 4 motoristes actuellement en compétition ont pour obligation de mettre leur moteur à disposition de toute écurie n'ayant pas conclu d'accord avec un motoriste pour la saison 2017. Enfin, diverses mesures du nouveau règlement ont pour objectif de réduire le coût des moteurs pour les équipes clientes d'environ un million d’euros par saison par rapport à 2016 (trois en 2018). Tout est donc fait pour un rééquilibrage des forces sportives et financières.

 

Pneumatiques : la largeur des pneumatiques Pirelli avant est de 305 mm contre 245 mm en 2016, celle des pneumatiques arrière de 405 mm contre 325 mm l'an passé. L'idée est bien sûr de permettre à la voiture, plus puissante, de mieux coller à la route.

 

Ailerons : la largeur de l'aileron avant passe de 1 650 mm à 1 800 mm tandis l'aileron arrière est plus large de 200 mm (950 mm au total) et il est abaissé de 15 cm pour arriver à une hauteur de 800 mm.

 

Châssis : la largeur minimale du châssis des monoplaces passe de 1 300 mm à 1 400 mm. La largeur maximale est désormais de 1 600 mm contre 1 400 mm.

 

Poids : le poids minimum des F1 est maintenant de 728 kg, soit une augmentation de 26 kg par rapport aux normes en vigueur en 2016.

 

Halo : les écuries ont voté en juillet 2016 contre le projet d'introduction d'un système de protection fixe autour de la partie ouverte du cockpit en 2017. Cet appendice avait pour objectif de réduire le risque de chocs au niveau de la tête des pilotes en cas d'accidents. Le débat avait été notamment relancé après celui qui avait couté la vie à Jules Bianchi lors du Grand Prix du Japon 2014. S'il a été rejeté cette année, ce halo pourrait néanmoins être introduit dans les années à venir. 

outils