mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

page niveau 3

présentation de la saison

Après plus de 2 mois de sevrage complet, les amateurs de ballon rond ont enfin pu vibrer à nouveau, le 29 juillet dernier, à l'occasion du Trophée des Champions, qui a marqué officiellement le coup d'envoi de la saison 2017/2018. Vainqueur 2-1 du champion de France sortant, l'AS Monaco, le Paris Saint-Germain a remporté, dans une véritable liesse populaire à Tanger (Maroc), le premier trophée d'une campagne qui se prolongera jusqu'à la désignation du champion de la saison en Ligue 1 Conforama.

 

D'ici au 19 mai prochain, les 20 formations de la Ligue 1 Conforama, nouveau partenaire titre de la compétition, vont en découdre sous les caméras de Canal + et BeIN Sports, diffuseurs officiels de la compétition. Les résultats des clubs tricolores la saison passée (demi-finale d'U.E.F.A. Champions League pour l'AS Monaco, demi-finale d'U.E.F.A. Europa League pour l'Olympique Lyonnais), le mercato ambitieux des clubs français et les rivalités historiques promettent du spectacle ainsi que des affluences et des audiences au rendez-vous. En outre, le suspense, renforcé par l'instauration au printemps dernier de Barrages entre le 18ème de Ligue 1 Conforama et le 3ème de Domino's Ligue 2, devrait à nouveau battre son plein à tous les étages.

 

Après 4 années de mainmise sur le trophée Hexagoal, le Paris Saint-Germain a vu son hégémonie être mise à mal en 2016/2017, par une séduisante formation de l'AS Monaco. L'actionnaire du club de la capitale, Qatar Sports Investments (QSI), a ainsi décidé de frapper fort lors du mercato estival en attirant dans la ville lumière l'un des meilleurs joueurs de la planète en la personne de Neymar. Capitaine de l'équipe nationale brésilienne, celui qui est annoncé depuis longtemps comme le successeur du roi Pelé a défrayé la chronique pendant plusieurs semaines en raison de son transfert à rallonge, avant de débarquer dans la capitale tel le messie. En attirant dans leurs filets l'un des 3 meilleurs joueurs du monde avec Lionel Messi et Cristiano Ronaldo dans le cadre du plus cher transfert de l'histoire, les dirigeants parisiens ont décroché le jackpot. Coqueluche des réseaux sociaux, idole en Amérique latine et en Asie, l'ancien coéquipier de Messi au FC Barcelone a, 5 ans après l'arrivée de Zlatan Ibrahimovic, enclenché un formidable nouveau coup de projecteur sur le Paris Saint-Germain et, par ricochet, sur la Ligue 1 Conforama. Les débuts du nouveau numéro 10, successeur dans les cœurs parisiens de ses compatriotes Valdo, Rai ou encore Ronaldinho, sur la pelouse de l'En Avant Guingamp ont ainsi été suivis dans 183 pays et relayés par 49 diffuseurs à travers la planète. Pour ses 2 premiers matchs sur le sol français, Neymar a ainsi enchanté les foules avec 3 buts et 3 passes décisives.

 

Comme si cela n'était pas suffisant pour donner le tournis à ses adversaires, le Paris Saint-Germain s'est attaché, en toute fin de mercato et au terme d'un autre long feuilleton, les services de la révélation de la saison passée, Kylian Mbappé. Prêté avec option d'achat par l'AS Monaco, l'attaquant surdoué (24 buts toutes compétitions confondues en 2016/2017), originaire de Seine-Saint-Denis, devrait former avec Neymar et Edinson Cavani une triplette d'attaque sans pareille sur le continent. Il reste au technicien basque Unai Emery à faire cohabiter ses stars avec un double objectif : la reconquête du titre domestique et une longue aventure en U.E.F.A. Champions League, compétition dans laquelle le Paris Saint-Germain a enchaîné un exploit et une déconvenue historiques (victoire 4-0 à l'aller, défaite 6-1 au retour) face au FC Barcelone, alors porté par un certain Neymar.

 

Tenant du titre, acquis avec le 2ème plus grand total de points de tous les temps (95), l'AS Monaco s'annonce comme le principal adversaire des Parisiens, en dépit du départs de plusieurs cadres : Mbappé donc, mais aussi Bernardo Silva, Tiemoué Bakayoko, Benjamin Mendy, Valère Germain ou encore Nabil Dirar, ces 2 derniers survivants de l'équipe championne de France de Domino's Ligue 2 en 2013, ont en effet quitté le navire monégasque. Heureusement pour les supporters azuréens, l'ASM, co-leader avec le Paris Saint-Germain à la fin du mois d'août avec 4 succès en autant de matchs, peut s'en remettre à un entraîneur faiseur de miracles en la personne de Leonardo Jardim. Le Portugais s'appuiera sur des joueurs de talent à l'instar de Radamel Falcao, auteur de 21 buts en 2016/2017 et qui a déjà envoyé "Elysia", le nouveau ballon officiel fourni par Uhlsport, dans les filets adverses à 7 reprises lors des 4 premières journées de cette nouvelle saison. Le Colombien a ainsi permis à l'ASM de battre le record des Girondins de Bordeaux de 2009 avec 15 victoires consécutives (à cheval sur 2 saisons) en Ligue 1 Conforama.

 

Absent du podium final pour la 1ère fois depuis la saison 2013/2014, l'Olympique Lyonnais a entamé pour sa part une mini-révolution. S'il a conservé son entraîneur Bruno Génésio, décrié par une frange du public du Groupama Stadium, le club rhodanien a laissé partir à l'étranger 3 fleurons de son fertile centre de formation, Alexandre Lacazette, Corentin Tolisso et l'ex-capitaine Maxime Gonalons. En faisant principalement confiance à des joueurs étrangers, notamment Bertrand Traoré et Mariano Diaz, chargés d'animer le front de l'attaque avec le revenant Nabil Fekir, le président Jean-Michel Aulas a changé de cap en espérant lancer ce nouveau cycle sur de bonnes bases. Plus au sud, l'autre Olympique poursuit une stratégie radicalement différente. Après Dimitri Payet et Patrice Evra lors du mercato hivernal, le club marseillais a rapatrié 2 autres membres de l'équipe de France finaliste de l'U.E.F.A. Euro 2016, Steve Mandanda et Adil Rami. 2 leaders de vestiaire susceptibles d'insuffler le supplément d'âme qui a parfois manqué à l'OM de Rudi Garcia, malgré une 5ème place, matérialisée par une qualification en U.E.F.A. Europa League, décrochée au finish devant les Girondins de Bordeaux.

 

Constamment placé entre la 5ème et la 7ème place depuis la saison 2009/2010, exception faite d'une 11ème position en 2015/2016, le club aquitain vise à nouveau une place qualificative pour une Coupe d'Europe. La formation de Jocelyn Gourvennec, qui a recruté le gardien international Benoît Costil, a terminé le mois d'août invaincu dans le sillage de sa perle brésilienne Malcom, qui devrait exploser sur la scène nationale. Prématurément éliminés en U.E.F.A. Europa League, les hommes au scapulaire devraient se concentrer sur le championnat et ils feront partie, avec l'OGC Nice et le LOSC, des autres outsiders pour le podium. 3ème avec un nombre de points (78) qui leur aurait permis d'être sacrés champions de France en 2010/2011, le club azuréen a certes été éliminé fin août en barrage de l'U.E.F.A. Champions League. Mais les Aiglons, qui ont conservé leur métronome Jean-Michael Seri pourtant convoité par le FC Barcelone, ont également recruté du lourd en la personne de Wesley Sneijder, meneur de jeu des Pays-Bas finalistes de la Coupe du monde FIFA 2010, qui retrouvera son ancien coéquipier à l'Inter Milan, Mario Balotelli, dont la 1ère saison dans l'Hexagone s'est soldée par une réussite (15 buts inscrits). Quant aux Dogues, ils seront conduits cette saison par un certain Marcelo Bielsa, qui avait fait mettre toute une ville à ses genoux lors de son court passage à l'Olympique de Marseille. Le génial technicien argentin devra toutefois composer avec un effectif très jeune (22 ans de moyenne d'âge) et hétéroclite (12 nationalités représentées). Les premiers résultats (une seule victoire en 4 matchs) sont venus prouver qu'"El Loco" devra s'armer de patience afin de trouver la bonne solution.

 

Si l'AS Saint-Etienne, où l'ancien joueur du FC Barcelone Oscar Garcia a succédé à l'inamovible Christophe Galtier, et le FC Nantes, conduit par le stratège italien Claudio Ranieri, champion d'Angleterre il y a 2 saisons avec la modeste formation de Leicester City, pourraient également mettre leur grain de sel dans le haut du tableau, les autres formations viseront avant tout à se mettre à l'abri le plus rapidement possible. La remarque vaut évidemment pour les promus, parmi lesquels l'Amiens SC, 77ème club de l'histoire à prendre part à la Ligue 1 Conforama. Le petit Poucet picard devra réussir un exploit pour se maintenir, car la concurrence s'annonce féroce. De retour parmi l'élite pour la 1ère fois depuis 2008, le RC Strasbourg Alsace, passé en 2 saisons du National à la Ligue 1 Conforama, compte bien ne pas emprunter l'ascenseur, tout comme certains récents "spécialistes" malgré eux comme le FC Metz, le Dijon FCO, le Stade Malherbe Caen ou l'ESTAC Troyes. 1er vainqueur en mai dernier des Barrages instaurés par les instances du football hexagonal face au FC Lorient, le club aubois tentera d'effacer une saison 2015/2016 plus que délicate, à l'image d'une défaite historique contre le Paris Saint-Germain (0-9).

outils