mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

tout ce qui change en 2014

La F1 version 2.0 : la F1 du 21ème siècle fait sa révolution. Le règlement technique s'ouvre aux moteurs hybrides et aux économies d'énergie, là où le règlement sportif devient de plus en plus punitif.

 

1. Règlement technique.

 

Moins de cylindres, plus d'électricité : les V8 sont rangés au placard. Les moteurs doivent être des 6 cylindres en V de 1,6 L de cylindrée. Ils doivent être accompagnés de 2 moteurs électriques alimentés par une double récupération d'énergie : cinétique au freinage et la chaleur des échappements.

 

ERS égal 2 fois KERS : en 2013, la récupération d'énergie apportait 80 ch pendant 6 secondes. En 2014, elle passe à 160 ch, le double, pendant une période illimitée.

 

1 rapport en plus : les boîtes de vitesse n'ont plus 7, mais 8 rapports. Leur étagement, décidé avant la saison, est fixe.

 

Prise de poids : avec un nouveau bloc propulseur bien plus lourd, le poids minimal d'une F1 est passé de 642 kg à 690 kg. 1 kg supplémentaire a été concédé à cause des pneus Pirelli plus lourds. On arrive donc à 691 kg.

 

Moins 35 % : une F1 n'embarque plus que 100 kg d'essence pour la course. Soit 35 % de moins qu'en 2013. Débit revu : le débit d'essence est limité à 100 kg/h.

 

Échappement unique : les échappements doivent se rejoindre en une sortie unique située à l'arrière de la monoplace. Elle ne peut pas être orientée vers le bas. C'est la fin du soufflage.

 

Bas du nez : la hauteur de l'attaque du châssis passe de 625 à 525 mm. Soit 10 cm de moins. Aile resserrée : la largeur de l'aileron avant est encore réduite, cette fois de 1 800 à 1 650 mm. Soit 15 cm. A l'arrière aussi : l'aileron arrière est modifié. L'aileron arrière inférieur (beam wing) est interdit, le flap principal est remonté de 2 cm.

 

DRS plus efficace : le DRS, aileron arrière mobile, s'ouvrira plus, pour un gain supérieur en vitesse de pointe.

 

2. Règlement sportif.

 

Chaque pilote n'a le droit cette année qu'à 5 blocs propulseurs contre 8 moteurs V8 en 2013. Les pénalités ont été modifiées.

 

La subtilité est importante. On ne parle plus de moteur mais de groupe propulseur, composé de 6 éléments : le moteur thermique, les deux générateurs électriques (MGU-K, MGU-H), la batterie, le turbo et le boîtier électronique. Un pilote a le droit d'utiliser 5 fois chacun de ces 6 éléments, indépendamment, mais sera pénalisé dès l'utilisation du 6ème. Il écopera de 10 places sur la grille. Chaque autre 6ème élément changé par la suite coûtera 5 places. Et ainsi de suite pour les 7ème élément, 8ème, etc. Si un pilote change tout le groupe propulseur d'un coup, il part dernier sur la grille de départ.

 

Les pénalités sont désormais cumulables sur plusieurs grands prix. Si un pilote se qualifie 20ème mais écope de 10 places de pénalité, il recule de 4 places sur l'épreuve en cours, s'élance 24ème et dernier. Il lui restera ainsi 6 places à purger sur le grand suivant, ou sur le celui d'après encore.

 

Une nouvelle pénalité est instaurée : 5 secondes d'immobilisation au stand, avant le changement de pneus.

 

Maintien du "couvre-feu", instauré en 2012. Il s'agit d'une période de 6 à 8 heures, chaque jour, où aucune personne pouvant intervenir sur la monoplace n'est tolérée dans le paddock. Les exceptions, réduites de 4 à 2 l'an passé, passent à 6, à cause du challenge technique des nouveaux moteurs.

 

Retour des essais privés. Les écuries ont droit à 4 sessions de 2 jours maximum, le mardi et le mercredi suivant la tenue du grand prix, sur le même circuit.

 

De nouvelles restrictions ont été adoptées sur l'utilisation combinée du CFD et de la soufflerie pendant une période de 8 semaines. De 30 heures hebdomadaires en soufflerie à 30 téraflops de puissance du CFD (mesure de la puissance du processeur).

 

Les points de la dernière course sont doublés. La mesure pourrait être étendue aux trois derniers grands Prix.

 

Les pilotes possèdent un permis à points. Leur capital est de 12 points. S'ils les perdent tous sur une période de 12 mois, ils écopent d'un grand prix de suspension.

 

Les écuries ont le droit d'utiliser jusqu'à 4 pilotes différents sur les essais libres du vendredi. Elles peuvent donc faire appel à deux réservistes, le tout sur les deux voitures habituelles.

 

Un trophée est créé pour le pilote qui signe le plus de pole positions au cours de la saison.

 

Le port du casque devient obligatoire pour tous les mécaniciens lors des qualifications et de la course.

 

Un pilote n'est plus autorisé à arrêter sa voiture après le drapeau à damier pour conserver le bon poids d'essence avant contrôle de la FIA.

outils