mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

tout ce qui change en 2015

Évolution naturelle.

 

1 an après la plus grande révolution technique de l'histoire, la F1 joue la carte de l'évolution. Attention, certains changements apparemment mineurs peuvent avoir d'importantes conséquences.

 

1. Règlement technique : moteur développé, nouveau nez, plus lourde.

 

Poids : de 642 kg en 2013, à 691 kg en 2014 et 702 kg en 2015 : les F1 prennent encore du poids. Cela a été décidé pour éviter que les pilotes les plus lourds soient désavantagés.

 

Moteur : les moteurs 2015 ont beaucoup évolué par rapport à ceux de 2014, mais au sein d'une réglementation identique.

 

Système de jetons : cette saison, tous les changements liés à la performance du moteur sont menés dans le cadre d'un système de "jetons (les "tokens" en anglais). Le groupe propulseur, Power Unit, se divise en plusieurs sous-ensembles, chacun ayant une valeur exprimée en jetons pour atteindre un total de 66. Pour la saison 2015, chaque motoriste est autorisé à consommer 32 jetons sur 66, ce qui revient à intervenir sur 48 % du propulseur. Petit à petit, saison après saison, leur nombre se réduira pour atteindre 15 jetons en 2018, soit la capacité de développer seulement 23 % des composants d'un Power Unit. Pour 2015 et les 2 années qui suivent, libre au motoriste d'utiliser cette allocation de jetons comme bon lui semble en sélectionnant les pièces qu'il souhaite améliorer en priorité. Pour gérer au mieux cet équilibre subtil, la clé consiste à cibler les parties du propulseur susceptibles d'offrir le gain de performance le plus important. Par exemple, redessiner un piston coûte 2 jetons, le système d'allumage, 1 jeton…

 

Dégel moteur : initialement, le moteur ne pouvait être développé que jusqu'à la date du 28 février. Ensuite, il était gelé pour le reste de la saison. Finalement, il a été décidé de permettre aux motoristes de développer le Power Unit en cours d'année. Ils peuvent donc garder quelques jetons pour pouvoir les utiliser plus tard.

 

Suspension : les systèmes de liaison entre les suspensions avant et arrière (FRIC) sont bannis.

 

Patin : le patin situé sous la voiture devient en titane.

 

Disques de freins : les disques de freins doivent avoir la même vitesse de rotation que les roues.

 

Roues : le système de fixation des roues a désormais 2 niveaux de sécurité au lieu d'un seul.

 

Sécurité : les panneaux anti-intrusion en Zylon sont allongés à l'avant et autour de la tête du pilote.

 

Boîte de vitesses : la définition des rapports de boîte est fixe pour la saison, sans modification possible.

 

Aileron avant : le seul changement aérodynamique de la saison est la refonte des dimensions du nez. Pour éviter les configurations farfelues et surtout les nez en forme de doigt, le législateur a contraint les ingénieurs à dessiner des nez plus larges, symétriques et moins courts. Il a, en effet, ajouté des sections obligatoires qui assurent une harmonie de design. La perte d'appui est de 20 points.

Le cahier des charges pour le design du nez a été redéfini par la FIA. Notamment avec l'ajout d'une section intermédiaire de 20 000 mm2, qui, en élargissant les dimensions minimum, permet d'éviter les horribles nez longilignes en forme de doigt. Au bout, il y a toujours la section de 9 000 mm2. Si les "doigts" ont bel et bien disparu, le règlement n'a pas empêché Williams, par exemple, d'en garder une phalange…

 

2. Règlement sportif : Safety car virtuelle, points, essais privés…

 

Chaque pilote n'a droit qu'à 4 blocs propulseurs contre 5 en 2014.

 

Si le Power Unit est complètement changé, la pénalité ne sera plus de partir des stands, mais depuis le fond de la grille de départ.

 

Une nouvelle pénalité est instaurée. 10 secondes d'immobilisation au stand pour certaines infractions. Elle sera automatique en cas d'unsafe release : c'est-à-dire quand une voiture reçoit de façon trop dangereuse le feu vert l'autorisant à repartir de son stand après un changement de pneus.

 

Les points de la dernière course ne seront plus doublés. Ce fut le cas en 2014, à Abu Dhabi, où la victoire rapportait 50 points au lieu de 25.

 

La relance de course suite à l'intervention d'une safety car a failli être donnée en départ arrêté, sur la grille. Cette piste a été finalement abandonnée.

 

En cas de double drapeau jaune, un système de safety car virtuelle est instauré. Cela suite à l'accident tragique de Jules Bianchi à Suzuka en 2014. Les pilotes devront donc réduire drastiquement leur vitesse, comme pour une vraie safety car.

 

En cas de drapeaux rouges interrompant un Grand Prix, les voitures doivent rentrer au stand et non se garer sur la grille de départ.

 

Les essais en cours de saison passent de 4 sessions à deux. Il s'agira de 2 fois 2 jours, dont la moitié doit être réservée aux jeunes pilotes. Elles auront lieu à Zeltweg (23 et 24 juin) et Barcelone (12 et 13 mai).

 

Les restrictions sur l'utilisation des souffleries sont renforcées. Elles sont désormais limitées de 80 à 65 heures par semaine.

 

Le CFD, la soufflerie numérique, est également réduit d'une capacité de 30 à 25 téraflops.

 

Le système du parc fermé change. Il entrera désormais en application dès la fin des essais libres 3, et non plus à la fin des qualifications.

 

Le "couvre-feu" du vendredi (interdiction de travailler la nuit) est prolongé : il dure 7 heures au lieu de 6 heures en 2014.

 

L'interdiction des couvertures chauffantes pour 2015 est abandonnée.

 

La FIA a changé les conditions d'obtention de la Super Licence. Celle-ci permet à un pilote de valider son droit à monter dans une F1 en Grand Prix. Le pilote devra désormais avoir au moins 18 ans et posséder son permis de conduire. Il devra également bien connaître le règlement. Ce n'est pas tout. Il devra avoir bouclé au moins 300 km dans une formule 1 et passé 2 ans en monoplace. Un système de points, basé sur les résultats dans plusieurs championnats, entre en vigueur.

 

3. Pilotes : Vettel, Alonso, Verstappen, Sainz Jr...

 

• Sebastian Vettel a signé chez Ferrari, après avoir grandi et passé toute sa carrière chez Red Bull.

• Vettel est remplacé chez Red Bull par Daniil Kvyat, en provenance de Toro Rosso.

• Fernando Alonso quitte Ferrari 1 an avant la fin de son contrat et rejoint McLaren, 7 ans après l'avoir quittée.

• Kevin Magnussen perd sa place de titulaire chez McLaren. Il reste pilote d'essais. A la place de Stoffel Vandoorne.

• Toro Rosso change ses 2 pilotes, comme en 2012.

• Max Verstappen devient le plus jeune pilote de l'histoire. Il pilotera la Toro Rosso à 17 ans.

• Jean-Éric Vergne n'a pas été reconduit chez Toro Rosso. Il est le pilote en charge du développement chez Ferrari.

• Carlos Sainz Jr épaule Verstappen chez Toro Rosso. Il arrive de la Renault 3.5.

• Adrian Sutil quitte Sauber et la F1.

• Esteban Gutierrez n'est plus titulaire chez Sauber et rejoint Ferrari comme pilote d'essais.

• Felipe Nasr débute en F1 chez Sauber. Il pilotait en GP2 l'an passé et était le pilote d'essais de Williams.

• Marcus Ericsson passe de Caterham à Sauber.

• Kamui Kobayashi n'est plus en F1. Il retourne au Japon en Super Formula. Caterham a mis la clé sous la porte.

• Même chose pour Max Chilton, mis à pied après la défection de Marussia. Il part aux États-Unis en IndyCar.

• Jules Bianchi, très gravement blessé au Grand Prix de Suzuka, lutte toujours pour sa vie.

• Giedo Van der Garde avait un contrat de titulaire en poche pour 2015 chez Sauber. Le contrat n'est pas honoré. Le Hollandais espère être appelé à la rescousse si Marussia était finalement sauvée.

• Nouveaux pilotes d'essais : Alex Lynn chez Williams, Jolyon Palmer (champion GP2) chez Lotus, Pascal Wehrlein chez Mercedes et Raffaele Marciello chez Sauber.

• Le Français Esteban Ocon, champion d'Europe de F3, voit le poste de 3ème pilote Lotus lui passer sous le nez. Charles Pic n'est plus pilote de réserve chez Lotus.

• Pedro de la Rosa n'est plus chez Ferrari.

 

4. Côté patrons, ingénieurs et personnel : ça valse aussi.

 

• Bob Bell quitte la direction technique de Mercedes. Il est annoncé chez Ferrari (rumeurs).

• Mark Ellis n'est plus chez Red Bull mais chez Mercedes en qualité de directeur de la performance.

• Maurizio Arrivabene est le nouveau directeur de la Scuderia Ferrari.

• Vague de départs chez Ferrari. Nick Fry, Nikolas Tombazis s'en vont. Ainsi que Steve Clark et Hirohide Hamashima.

• Steve Nielsen quitte Toro Rosso pour devenir directeur sportif de Williams.

• Peter Prodromou (ex-bras droit de Newey chez Red Bull) entre en fonction chez McLaren.

• Andrea Stella (ex-Ferrari) suit son pilote Fernando Alonso chez McLaren.

• Luca Furbatto quitte Toro Rosso pour McLaren, mais en GT.

• Jock Clear, ingénieur de piste d'Hamilton, rejoindra Ferrari à la fin de l'année.

• Dave Robson n'est plus l'ingénieur de piste de Button. Il sera celui de Massa chez Williams. L'ancien ingénieur de Massa, Andrew Murdoch, devient responsable de la performance.

• Toni Cuquerella, ex-BMW et HRT, rejoint Ferrari comme chef ingénieur.

• Dave Greenwood, ex-Marussia, sera l'ingénieur de piste de Räikkönen chez Ferrari.

• Romain Grosjean a un nouvel ingénieur, Julien Simon-Chautemps. Son ancien ingénieur, Ayao Komatsu, devient ingénieur en chef.

 

5. Calendrier : 20 GP avec le Mexique mais sans l'Allemagne ?

 

• 20 Grand Prix de Chine remonte au calendrier. C'est le 3ème GP cette année, contre le 4ème en 2014.

• Le Grand Prix d'Allemagne était encore en pointillé au moment du bouclage du Guide F1. Logiquement, il devait s'effectuer sur le Nürburgring, en alternance avec le circuit d'Hockenheim où s'est déroulée l'édition 2014. Mais rien n'est moins sûr.

• Le Grand Prix de Corée ne fait finalement pas son retour. Une fausse alerte !

• 5 GP changent d'heures de départ : Australie, Malaisie, Chine, Japon et Russie. Ils sont avancés d'une heure suite à l'accident de Bianchi au Japon.

 

6. Pneumatiques : de nouveaux super-tendres.

 

• Le seul nouveau pneu est le super-tendre.

• Les autres gommes seront un peu plus agressives. Selon Pirelli, les F1 2015 pourraient aller entre 2 et 3 secondes au tour plus vite qu'en 2014.

 

7. Moteurs : Honda revient, Renault perd Lotus et Caterham.

 

• Lotus passe de Renault à Mercedes.

• Avec la disparition de Caterham, le motoriste français perd ainsi 2 clients.

• Ferrari perd Marussia.

• Honda fait son grand retour.

outils