mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

page niveau 3

des bleus prêts pour le combat

Suite à la nouvelle convention entre la Ligue Nationale de Rugby et la Fédération Française de Rugby, cette dernière a dévoilé une Liste Élite visant à protéger les intérêts et la compétitivité du XV de France. A de rares exceptions, les joueurs de cette liste seront ceux appelés à disputer le Tournoi. La FFR a également publié la liste "Développement" qui est régie par les mêmes règles mais qui concerne les Espoirs du XV du France.

 

1. Les avants.

 

Uini Atonio, né le 26 mars 1990, 1,96 m, 152 kg.

C'est peu dire qu'Uini Atonio est une véritable force de la nature. Né en Nouvelle-Zélande mais de parents originaires des Samoa, le pilier de La Rochelle en impose d'abord physiquement par son gabarit hors-normes. Mais celui qui a connu sa première sélection sous le maillot bleu le 8 novembre 2014 face aux Fidji ne saurait être catalogué comme un joueur uniquement puissant. Atonio a déjà maintes fois prouvé qu'il est également extrêmement mobile et adroit ballon en mains.

 

Eddy Ben Arous, né le 25 août 1990, 1,83 m, 117 kg.

Une véritable boule de muscles. Voilà comment on pourrait décrire Eddy Ben Arrous. Dynamique et tonique, le pilier du Racing Métro 92 excelle dans l'art de "gratter" des ballons dans les regroupements. Passé par toutes les sélections de jeunes, il fait maintenant partie des valeurs sûres du XV de France et sa tenue en mêlée fermée, jadis considérée comme son point faible, a considérablement progressé. Sauf incident, Ben Arrous disputera son troisième Tournoi de rang après des prestations déjà remarquées en 2015 et 2016.

 

Camille Chat, né le 18 décembre 1995 à Auxerre, 1,78 m, 100 kg.

A 21 ans, Camille Chat représente l'avenir du poste de talonneur en France. Le Bourguignon possède déjà, malgré son jeune âge, un bagage extrêmement complet pour un poste aussi exigeant et technique. Couvé par Dimitri Szarzewski au Racing Métro 92, Chat a su attendre son heure pour se révéler au plus haut niveau. Désormais doublure du capitaine Guilhem Guirado chez les Tricolores, cet avant qui n'hésite pas à "dézoner" pour se trouver à point nommé pour inscrire de nombreux essais, sait que le temps joue pour lui et qu'il peut compter sur des mentors expérimentés pour lui montrer la voie.

 

Damien Chouly, né le 27 novembre 1985 à Limoges, 1,92 m, 106 kg.

Du haut de ses 31 ans, Damien Chouly est un peu le "papa" des 3èmes lignes de l'équipe de France. Alors que les Lauret, Goujon, Gourdon ou Le Roux sont tous nés entre 1989 et 1990, le capitaine de l'ASM Clermont est le guide à suivre pour cette jeune garde. Exemplaire sur le pré, Chouly se révèle être un féroce défenseur et un leader charismatique. Son expérience (1ère sélection en 2007) devrait s'avérer plus que précieuse dans l'optique du Tournoi à venir.

 

Alexandre Flanquart, né le 9 octobre 1989 à Cambrai, 2,06 m, 110 kg.

Brillant international universitaire, Alexandre Flanquart connaît les honneurs d'une première sélection au sein du XV de France le 8 juin 2013. Sauteur en touche émérite, il forme avec Maestri une paire de 2ème ligne redoutable dans l'alignement français. Le Nordiste, formé à Lille, est désormais la tour de contrôle du Stade Français. Déjà présent lors des 3 derniers Tournois et titulaire pendant la Coupe du monde, il cherchera à affirmer définitivement son statut.

 

Loann Gourdon, né le 23 avril 1989 à Albertville, 1,94 m, 106 kg.

Formé à l'ASM Clermont, révélé au Stade Rochelais, Loann Gourdon fait désormais profiter de sa puissance l'Union Bordeaux-Bègles. Le Savoyard, également passé par toutes les sélections de jeunes, fait l'unanimité autour de lui. Philippe Saint-André a été le premier à lui faire confiance au plus haut niveau international en le convoquant pour la première fois lors du Tournoi 2015. Depuis, Goujon a été de toutes les campagnes tricolores et il fera tout pour prolonger son bail.

 

Kevin Gourdon, né le 23 janvier 1990 à Valence, 1,90 m, 107 kg.

Le 3ème ligne aile de La Rochelle est sans conteste l'une des révélations de la saison en Top 14. Avec les "Maritimes", il enchaîne les prestations de haut vol et se permet de rivaliser avec les meilleurs spécialistes du poste dans le championnat français. Et tout ça alors que son premier match chez les pros remonte seulement à 2012 ! C'est surtout sa faculté à casser les placages qui ont séduit Guy Novès, ce dernier l'appelant en Bleu pour la première fois lors de la tournée en Argentine.

 

Guilhem Guirado, né le 17 juin 1986 à Céret, 1,83 m, 99 kg.

Il est l'homme de confiance de Guy Novès qui n'a pas hésité à lui confier le brassard de capitaine quand ce dernier a pris ses fonctions à la tête des Bleus. Le choix, pour beaucoup, semblait évident tant Guirado rassemble les qualités de meneur d'hommes à la fois sur le terrain mais aussi en dehors. Révélé sous les couleurs de l'U.S.A. Perpignan, le talonneur fait désormais les beaux jours du RC Toulon depuis 2014 grâce à sa puissance et sa science du jeu. Ces qualités lui seront plus que jamais nécessaires pour mener les Bleus vers la victoire finale dans le Tournoi.

 

Paul Jedrasiak, né le 6 février 1993 à Montluçon, 2 m, 116 kg.

L'un des plus sûrs espoirs français au poste de deuxième ligne. Formé à Tours, il est repéré par les dirigeants de l'ASM Clermont qui décèlent en lui un énorme potentiel. Les responsables du recrutement du club auvergnat ont vu juste. Le timing de Jedrasiak, ainsi que sa capacité à jouer après contact en font une pièce maîtresse de l'équipe de Clermont. Et bientôt du XV de France ? A 23 ans, le natif de Montluçon rêve déjà de régner dans les airs de l'alignement tricolore...

 

Wenceslas Lauret, né le 28 mars 1989 à Tarbes, 1,88 m, 92 kg.

Le natif de Tarbes fait ses classes au sein du Biarritz Olympique et se signale rapidement par ses qualités. Entouré au Biarritz Olympique par deux autres 3èmes lignes de classe mondiale comme Imanol Harinordoquy et l'Angalis Magnus Lund, le jeune homme apprend vite et bien. Lauret signe alors au Racing Métro en 2013 où il continue sa progression. Entre temps, ce plaqueur infatigable a déjà connu les joies de la sélection nationale puisque Marc Lièvremont l'a convoqué pour la première fois en 2010.

 

Julien Le Devedec, né le 4 juin 1986 à Sainte-Foye-la-Grande, 1,99 m, 115 kg.

Révélé sur le tard, Julien Le Devedec est en train de rattraper le temps perdu. Le deuxième ligne du C.A. Brive, qui a enchaîné les bonnes performances avec le club corrézien a tapé dans l'œil du Guy Novès qui n'a pas hésité à le lancer dans le grand bain lors de la tournée des Bleus en Argentine. Titulaire lors du premier match face aux Pumas (défaite 30-19), il se montre cependant suffisamment convaincant pour que le staff tricolore l'aligne en début de match face aux Samoa en novembre. Il sera ensuite remplaçant contre l'Australie et la Nouvelle-Zélande mais sa puissance reste une option de taille pour l'équipe de France.

 

Bernard Le Roux, né le 17 juin 1989 à Moorreesburg (Afrique du Sud), 1,97 m, 113 kg.

Incroyable destin que celui de Bernard Le Roux, né en Afrique du Sud mais qui, à force de volonté et de travail, a fini un jour par convaincre le Racing Métro de le faire venir jouer en France, un pays où il a aussi des origines comme son patronyme l'indique. Dès lors, Le Roux va petit à petit gravir les échelons pour se faire une place parmi l'élite. D'abord en club, puis bientôt au sein du XV de France. Ayant joué 3 saisons dans notre pays, le Sud-Africain peut en effet postuler à une place en sélection. Son vœu est exaucé le 15 juin 2013 quand il honore sa première cape face à la Nouvelle-Zélande.

 

Yoann Maestri, né le 14 janvier 1988 à Hyères, 2,02 m, 119 kg.

Il fait incontestablement partie des cadres du XV de France. Considéré comme l'un des meilleurs 2èmes lignes du monde, Maestri domine le jeu aérien mais aussi dans le combat au sol. Formidable meneur d'hommes, il est l'un des relais les plus influents de l'encadrement tricolore sur le terrain. Le Varois, qui a fait ses gammes du côté du RC Toulon, est également aujourd'hui un homme de base du Stade Toulousain. Chez les Bleus il a grandi avec Pascal Papé et c'est maintenant lui qui a endossé le rôle du grand-frère.

 

Charles Ollivon, né le 11 mai 1993 à Bayonne, 1,99 m, 108 kg.

Ce 3ème ligne puissant et rapide est un peu l'appelé de la dernière heure. Opportuniste, il a su saisir sa chance quand il a dû remplacer Bernard le Roux, blessé, pour les 3 matchs de novembre. Face aux Samoa, il a inscrit son premier essai en Bleu et surtout confirmé qu'il possédait une habileté gestuelle rare pour son poste. Ce natif de Bayonne, qui porte désormais les couleurs du RC Toulon, explique cette facilité ballon en mains par la pratique de la pelote basque lorsqu'il était plus jeune !

 

Louis Picamoles, né le 5 février 1986 à Paris, 1,92 m, 106 kg.

"King Louis" n'a jamais aussi bien mérité son surnom que depuis qu'il s'est exilé en Angleterre où il porte désormais les couleurs des Northampton Saints. Même si ce départ du Top 14 et du Stade Toulousain l'exclut de facto de la Liste Élite de la Fédération, le 3ème ligne centre sait très bien qu'il est quasi-incontournable au sein du XV de France. Il fait même assurément partie de l'épine dorsale de celui-ci tant son profil est sans égal en France, voire dans le monde. Louis Picamoles ce sont d'abord des charges ravageuses et une volonté de toujours avancer et de faire vivre le ballon.

 

Jefferson Poirot, né le 1er novembre 1992 à L'Isle Adam, 1,81 m, 123 kg.

Il est l'un des derniers appelés par Guy Novès et symbolise la nouvelle vague bleue. Né dans le Val d'Oise mais initié au rugby en Dordogne, Jefferson ne connaît pas un parcours linéaire mais il finit, à force de talent et de travail, par intégrer le XV de France lors du dernier Tournoi des 6 Nations. Il sera également de la prometteuse tournée en Argentine en juin dernier où le pilier de Bordeaux-Bègles s'est notamment distingué par son abattage et sa force de percussion.

 

Rabah Slimani, né le 18 octobre 1989 à Sarcelles, 1,78 m, 114 kg.

La versatilité de Rabah Slimani, qui peut jouer à gauche ou à droite de la mêlée, constitue l'une des grandes forces du pilier du Stade Français. Le natif de Sarcelles n'a également pas son pareil pour prendre le dessus sur son adversaire en mêlée fermée et il ne se fait de plus que très rarement sanctionner. Bref, Slimani est un expert dans ce domaine mais il sait aussi se montrer opportuniste pour tenter des sorties dévastatrices au ras. Autant de qualités qui font de lui un atout de poids au sein des avants français.

 

Sébastien Vahaamihina, né le 21 octobre 1991 à Nouméa, 2,03 m, 125 kg.

Ne vous fiez pas à sa carrure de déménageur. Sébastien Vahaamihina sait aussi, quand l'occasion se présente, faire preuve d'une aisance technique rare pour un joueur de son envergure. Mais c'est bien pour ses qualités de combattant que Brive, puis Perpignan et maintenant Clermont se félicitent de ses services. Apparu pour la première fois en bleu en 2012, il a connu des hauts et des bas en équipe nationale mais son potentiel ne demande qu'à s'exprimer en plein temps.

 

2. Les arrières.

 

Sébastien Bézy, né le 22 novembre 1991 dans les Hauts-de-Seine, 1,75 m, 72 kg.

Déjà présent lors du Tournoi 2016, Sébastien Bézy est l'une des valeurs montantes du rugby tricolore. Pouvant évoluer à la mêlée comme à l'ouverture, il sait jouer de son physique extrêmement tonique pour se faufiler dans un trou de souris et déséquilibrer les défenses les plus hermétiques. Formé à l'école toulousaine, seul club qu'il a connu jusqu'à aujourd'hui, Sébastien Bézy possède une excellente lecture du jeu et, pour ne rien gâcher, il se révèle également être un excellent buteur.

 

Djibril Camara, né le 22 juin 1989 à Juvisy sur Orge, 1,82 m, 85 kg.

Si tout n'a pas toujours été linéaire pour l'ailier du Stade Français chez les Bleus, ses courses le long de la ligne de touche, elles, le sont. Djibril Camara possède en effet une vitesse de pointe impressionnante qui s'avère souvent décisive en contre-attaque. Hélas pour lui, il doit faire face à une concurrence féroce au poste d'ailier en équipe de France où les places sont très chères. Mais même si ce n'est pas l'option Numéro 1 privilégiée par Guy Novès, Camara peut également évoluer avec bonheur à l'arrière. Une polyvalence précieuse.

 

Jean-Marc Doussain, né le 12 février 1991 à Toulouse, 1,74 m, 92 kg.

Sa carrière est curieusement marquée par la fougère des All Blacks. Déjà, au Stade Toulousain, Doussain est appelé à remplacer le célèbre demi de mêlée néo-zélandais Byron Kelleher, ce qui lui vaudra le surnom de "baby Byron" en raison des similitudes entre leurs deux façons de jouer tout en percussion. Ensuite, Jean-Marc Doussain va connaître sa première sélection en équipe de France… en finale de la Coupe du monde 2011 quand il rentre à cinq minutes de la fin face à la Nouvelle-Zélande ! Sacré baptême du feu…

 

Gaël Fickou, né le 26 mars 1994 à La Seyne-sur-Mer, 1,90 m, 91 kg.

Il ne lui manque que la régularité. Le joueur est pétri de talent, il peut créer des différences énormes ballon en mains, il émane de lui une sorte de grâce féline mais la constance dans la performance n'est malheureusement pas (encore) au rendez-vous. Cependant le XV de France et le Stade Toulousain peuvent se réjouir d'avoir un tel joyau dans leurs rangs. En le polissant encore un peu, Gaël Fickou, qui n'a que 22 ans, peut devenir l'un des plus beaux diamants du rugby mondial.

 

Wesley Fofana, né le 20 janvier 1988 à Paris, 1,82 m, 93 kg.

Si c'est bien sur les ailes de l'équipe de France que Wesley Fofana s'est révélé, c'est maintenant au centre de celle-ci que le natif de Paris est attendu pour dynamiser le jeu des Bleus. Le trois-quart de Clermont en a incontestablement les moyens. Des appuis déroutants, une vitesse de course impressionnante et une défense féroce. Surtout, le jeune soliste de ses débuts, capable d'essais extraordinaires mais aussi d'individualisme, a su épurer son jeu pour faire jouer ses partenaires dans le bon tempo.

 

Yoann Huget, né le 2 juin 1987 à Pamiers, 1,90 m, 94 kg.

Depuis Vincent Clerc, Yoann Huget est sûrement l'ailier français le plus régulier et le plus performant. Hélas pour lui et pour les Tricolores, sa trajectoire s'est brisée net lors du premier match des Bleus en Coupe du monde 2015 face à l'Italie. Sévèrement touché au genou, la flèche du Stade Toulousain a presque passé un an hors des terrains et il a vu l'émergence de joueurs d'origine fidjienne débouler sur les ailes du XV de France. Mais Huget est un battant et, à l'image de ses courses ravageuses, il n'a certainement pas baissé les bras.

 

Rémi Lamerat, né le 14 janvier 1990 à Sainte-Foye-la-Grande, 1,84 m, 108 kg.

Le trois-quart centre de l'ASM Clermont est l'un des grands gagnants de la tournée de novembre. S'il ne possède pas un style très spectaculaire, Rémi Lamerat sait jouer juste et trouver les bons intervalles pour lui ou ses coéquipiers. A son poste ce sont là des qualités primordiales. Après des apparitions sporadiques en équipe nationale, il semblerait bien que l'ancien joueur du Castres Olympique ait signé un contrat de longue durée avec le maillot frappé du Coq.

 

Maxime Machenaud, né le 30 décembre 1988 à Bordeaux, 1,74 m, 81 kg.

C'est un habitué aux coups d'éclats. Il crève l'écran en Pro D2 sous les couleurs de l'Union Bordeaux-Bègles avant de laisser un excellent souvenir à Agen de 2010 à 2012 grâce notamment à sa remarquable lecture du jeu. Depuis, le Bordelais a encore franchi un cap en signant au Racing Métro 92 où son association avec Dan Carter à la charnière n'a que peu d'équivalent dans le Top 14. A charge pour lui de reproduire les mêmes performances en équipe de France qu'avec son club.

 

Maxime Médard, né le 16 novembre 1986 à Toulouse, 1,80 m, 89 kg.

Maxime Médard, c'est avant tout une impression de facilité déconcertante. Et cette impression est justifiée ! Que ce soit avec le Stade Toulousain depuis 2004, son seul club jusqu'ici, ou l'équipe de France depuis 2008, Médard promène cette aisance à tous les postes des lignes arrières. Qu'il évolue aux ailes, au centre ou à l'arrière, l'homme aux éternels favoris apporte toujours une étincelle qui peut faire basculer un match et se soulever tout un stade. Mais cette propension à jouer un peu partout le dessert également dans un rugby où les postes sont de plus en plus spécialisés. Qu'à cela ne tienne, Médard dispose de suffisamment de ressources techniques et mentales pour tirer son épingle du jeu...

 

Maxime Mermoz, né le 28 juillet 1986 à Epinal, 1,86 m, 96 kg.

A 30 ans, Maxime Mermoz fait figure de cadre expérimenté au sein des jeunes lignes arrières tricolores. Passé par Toulouse, Perpignan et maintenant Toulon, présent en équipe de France depuis 2008, le Vosgien possède une science du jeu et du placement propre aux meilleurs trois-quarts centres. Passé maître dans l'art de la passe après contact, Mermoz a également l'avantage de pouvoir s'adapter à tous les types de joueurs avec qui il peut former une paire 12-13 toujours complémentaire.

 

Noa Nakaitaci, né le 11 juillet 1990 à Naluwai (Fidji), 1,90 m, 94 kg.

Cousin éloigné de Virimi Vakatawa, Noa Nakaitaci représente cette nouvelle génération d'ailiers d'origine fidjienne mais naturalisés français qui font le bonheur du XV de France. Pourtant, après des débuts prometteurs en bleu, le Clermontois a bien failli ne jamais revenir en sélection nationale. Très critiqué pour son match lors de la déroute historique de la France face à la Nouvelle-Zélande (62-13) en Coupe du monde, Nakaitaci a mis du temps à se reconstruire. Absent de la liste Elite de Guy Novès, il semblait condamné. Mais son début de saison tonitruant avec l'ASM Clermont a conduit le coach à le rappeler pour la tournée de novembre. Un choix que le sélectionneur ne doit pas regretter tant l'ailier a retrouvé toute sa fluidité et ses accélérations foudroyantes.

 

Jules Plisson, né le 20 août 1991 à Neuilly-sur-Seine, 1,84 m, 88 kg.

Présenté très (trop ?) tôt comme le futur grand numéro 10 de l'équipe de France, Jules Plisson a éprouvé de grandes difficultés à confirmer les espoirs placés en lui depuis son éclosion au Stade Français et son premier match en bleu. Le 1er février 2014, Jules Plisson dispute ses premières minutes avec le XV de France face à l'Angleterre dans le Tournoi et le jeune ouvreur se révèle décisif dans la victoire des Tricolores (26-24). Depuis, les performances et les apparitions de Plisson à l'ouverture sont devenues plus hiératiques mais le talent est toujours là, prêt à frapper à la porte.

 

Baptiste Serin, né le 20 juin 1994 à La Test-de-Buch, 1,80 m, 79 kg.

La nouvelle pépite c'est lui. Il lui aura suffi d'une "chistera" géniale face aux All Blacks en novembre dernier pour que sa côte de popularité explose auprès des amateurs de rugby. Sous un physique encore frêle, le jeune demi de mêlée cache en effet des trésors de créativité et d'instinct. Et malgré son jeune âge (21 ans), le numéro 9 de Bordeaux-Bègles fait preuve d'une maturité étonnante pour gérer les temps forts et les temps faibles d'un match, tout comme il sait rester d'un calme olympien devant les perches. Bref, voilà un joueur qui porte bien son nom !

 

Scott Spedding, né le 4 mai 1986 à Krugersdorp (Afrique du Sud), 1,88 m, 98 kg.

Considéré comme un grand espoir du rugby sud-africain au poste de demi d'ouverture, Scott Spedding fait pourtant le grand saut jusqu'à Brive en 2008. 6 ans plus tard, et reconverti à l'arrière, il annonce qu'il a acquis la nationalité française. Dans la foulée ou presque, il est convoqué pour la première fois chez les Bleus qui ont vite repéré ses qualités de relanceur et de défenseur. Buteur très précis à longue distance, Spedding dispose dans son arsenal d'un jeu au pied extrêmement puissant qui lui a permis d'écarter la concurrence pourtant redoutable de Brice Dulin au poste d'arrière du XV de France.

 

François Trinh-Duc, né le 11 novembre 1986 à Montpellier, 1,84 m, 90 kg.

Entre François Trinh-Duc et le XV de France c'est un peu une histoire de rendez-vous ratés, de malchance, d'incompréhension mutuelle. Pourtant tout le monde s'accorde à dire qu'en talent pur, le nouvel ouvreur du RC Toulon est sans rival. Mais les blessures ou les méformes passagères ont souvent gâché les apparitions de "Fouasse" en bleu. Pourtant, tout n'est pas perdu, loin de là, car Trinh-Duc a su aussi, parfois, illuminé le jeu des Français par ses fulgurances inimitables. Quand on a de telles dispositions tout reste encore possible.

 

Virimi Vakatawa, né le 1er mai 1992 à Rangiora (Nouvelle-Zélande), 1,86 m, 96 kg.

Il peut être LA star que le rugby français attend. Né au pays des All Blacks mais d'origine fidjienne, Vakatawa vient du rugby à 7. Son jeu, fait de feintes, d'appuis déroutants, de passes à une main et de plein d'autres tours de magie, s'en ressent à chaque ballon touché. Avec lui, il se passe toujours quelque chose. Si sa défense reste encore à améliorer et s'il doit encore acquérir certains automatismes propres au jeu à XV, les Bleus ont mis la main sur une véritable pépite. Sous contrat fédéral, il ne fait pas partie de la Liste Elite de la FFR mais son talent pur en fait un élément quasi incontournable.

outils