mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

page niveau 3

l'histoire du tournoi à travers 5 grands matchs du XV de France

Les rencontres qui ont fait la légende du Tournoi des 5 puis des 6 Nations sont légions. Depuis son intronisation dans la compétition en 1910, la France y a livré des batailles épiques, le plus souvent contre son "meilleur ennemi" anglais. Retour sur plus d'un siècle de ces affrontements à travers 5 grands matchs représentatifs du "french flair", du courage ou encore du panache des Tricolores dans la victoire comme dans la défaite.

 

1. France-Écosse, 2 janvier 1911 à Colombes (16-15).

 

Cette date est à marquer d'une pierre blanche dans la grande histoire du XV de France. Il s'agit tout simplement de la première victoire internationale des Bleus. Entre 1906 et 1914, ces derniers ont en effet disputé 28 matchs et n'ont gagné que celui-ci face à l'Écosse. Mais de quelle manière ! Les Tricolores, dont le rugby est encore balbutiant par rapport aux Britanniques, sont donnés battus d'avance face au XV du Chardon. Mais ce jour-là, ils font preuve d'une vaillance à toute épreuve et se trouvent un héros en la personne de Pierre Failliot. Surnommé "l'autobus" en raison de sa puissance dévastatrice, l'ailier français est le grand homme du match en inscrivant deux essais et en empêchant l'Écosse d'en marquer un autre à quelques secondes de la fin. Dorénavant, pour les joueurs au Coq, il y aura un avant et un après France-Écosse 1911.

 

2. Pays de Galles-France, le 23 mars 1968 à Cardiff (9-14).

 

Rome ne s'est pas faite en un jour, les succès du XV de France dans le Tournoi non plus. Après des débuts plus que difficiles face à ses voisins britanniques, et une exclusion entre 1932 et 1939, les Bleus gomment progressivement leurs lacunes, réduisent l'écart qui les sépare des meilleures nations et gravissent peu à peu les marches vers la gloire. En 1959, la France décroche sa première victoire finale dans le Tournoi mais il lui faut encore attendre un peu pour accéder au Graal, le Grand Chelem. C'est chose faite en 1968 quand les Bleus terminent la compétition invaincus en s'imposant à l'Arms Park de Cardiff face à des Gallois qui allaient pourtant dominer l'Europe dans les années suivantes (8 tournois remportés entre 1969 et 1979).

 

3. Angleterre-France, le 21 mars 1981 à Twickenham (12-16).

 

En l'emportant sur la pelouse des Anglais ce jour-là, l'équipe de France signe le 3ème Grand Chelem de son histoire, après les sacres de 1968 et 1977. Cette équipe, c'est avant tout celle du légendaire capitaine et 3ème ligne Jean-Pierre Rives, qui gagnera la reconnaissance internationale et son surnom de "Casque d'Or". A ses côtés, Robert Paparemborde, Philippe Dintrans, Jean-Luc Joinel ou Didier Codorniou font plier le XV de la Rose tandis que deux jeunes Français crèvent déjà l'écran : Pierre Berbizier et Serge Blanco. Menant 16-0 à la pause après 40 premières minutes de rêve, les Bleus vont résister jusqu'au bout au retour des Anglais pour finalement l'emporter de 4 points.

 

4. Angleterre-France, le 16 mars 1991 à Twickenham (21-19).

 

Qui se souvient que ce sont les Anglais qui ont gagné ce match ? Pour beaucoup d'observateurs, l'essai inscrit par Philippe Saint-André à Twickenham est le plus beau de l'histoire du Tournoi. Il est en fait toute la synthèse de ce que les Britanniques ont appelé le "french flair" pour décrire le jeu si imprévisible des Français. Quand Berbizier et Blanco décident de relancer depuis leur ligne d'en-but une tentative de pénalité ratée de la part des Anglais, les spectateurs crient à la folie. 100 m plus loin, ils crieront au génie. En quelques secondes gravées dans l'éternité, Philippe Sella et Didier Camberabero ont traversé le terrain en multipliant les passes croisées, les coups de pieds à suivre et de recentrage pour finalement trouver Saint-André qui, dans un dernier coup de rein, s'est jeté pour aplatir entre les poteaux. Cet essai fera le tour du monde. Définitivement mythique.

 

5. Angleterre-France, Twickenham 1er mars 1997 (20-23).

 

Encore et toujours l'Angleterre. La plus fidèle et terrible rivale des Bleus dans le Tournoi. Certains de ces affrontements ont tourné au pugilat et il n'est un secret pour personne que les deux équipes se détestent. Alors, quand les Bleus débarquent à Twickenham pour y affronter un XV de la Rose lui aussi invaincu dans l'épreuve cette année-là, la pression est énorme. D'autant que le vainqueur de la rencontre prendra une option quasi-certaine sur le Grand Chelem. Le XV de la Rose domine nettement la première période (20-6 à la pause) mais les Tricolores se subliment à la reprise. Guidés par un Christophe Lamaison en état de grâce (1 essai, 1 drop, 2 pénalités et 2 transformations pour 18 points), ils arrachent la victoire en terre ennemie. La semaine suivante, l'Écosse tombe au Parc des Princes et la France remporte son premier Grand Chelem depuis 10 ans. 

outils