mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

les adversaires de l'équipe de France

Si, on l'a vu, le point d'interrogation de ce Tournoi 2018 est français, le XV de la Rose, lui, part largement favori à sa propre succession pour la victoire finale. L'Écosse et l'Irlande se positionnent en outsiders alors que le pays de Galles semble un cran en dessous. L'Italie, sauf miracle, ne devrait pas échapper à une nouvelle "Cuillère de bois".

 

Classée 2ème nation mondiale par l'IRB, l'Angleterre n'est vraiment pas loin, en terme de rayonnement et de résultats, du leader, et référence absolue, la Nouvelle-Zélande. Depuis qu'elle a été reprise en mains par l'Australien Eddie Jones après le fiasco de "sa" Coupe du monde en 2015, l'Angleterre vole de succès en succès. Sur le terrain, elle ressemble à une machine implacable qui écrase tout sur son passage. Jadis conspués pour leur jeu restrictif, les Blancs développent désormais un rugby alerte et complet. Costauds devant, inspirés et rapides derrière, les Anglais ont du talent à revendre aux 4 coins du terrain. La dernière tournée de novembre n'a fait que les conforter dans leur position d'épouvantail du Tournoi puisqu'ils ont d'abord battu l'Afrique du Sud (37-21), écrasé les Fidji (58-15), maîtrisé l'Argentine (27-14) avant de dompter pour la 4ème fois de l'année l'Australie (37-21) !

 

L'année qui vient de s'écouler n'a fait qu'installer un peu plus l'Irlande dans le Gotha du rugby mondial. Toujours aussi difficile à manœuvrer, le XV du Trèfle est certainement l'une des équipes les mieux organisées. Sa force repose plus sur sa cohésion collective que sur l'addition de ses talents individuels mais la formule a fait ses preuves. Les Irlandais ont ainsi bouclé l'année avec des succès sur les Fidji (23-20) et l'Argentine (28-19) mais surtout ils ont marqué les esprits en rossant l'Afrique du Sud (38-3). L'armée verte arrive donc en pleine confiance dans ce Tournoi et il faudra être extrêmement solide pour la mettre en déroute.

 

L'Écosse, quant à elle, poursuit sa remontée progressive vers la lumière. Dans la continuité de ce qu'il a montré ces dernières années, le XV du Chardon reste certainement l'équipe la plus "joueuse" de l'hémisphère nord, et donc l'une des plus agréables à regarder évoluer. Mais la sélection de Gregor Townsend ne se contente plus de ravir les amateurs de beau jeu, elle aligne désormais les résultats probants. Là encore, la tournée d'automne aura confirmé que les Écossais étaient sur la bonne voie : victoire spectaculaire contre les Samoa (44-38), défaite sur le fil face aux All Blacks (17-22) et surtout ce chef d'œuvre de rugby aux dépens de l'Australie (53-24).

 

Par rapport aux 3 autres nations britanniques le pays de Galles semble quelque peu en retrait mais il reste en embuscade. Après avoir récemment concédé des revers honorables contre l'Australie (21-29) et la Nouvelle-Zélande (18-33), les Gallois ont terminé l'année en dominant l'Afrique du Sud, le 2 décembre dernier (24-22), démontrant ainsi que le XV du Poireau reste très compétitif et que, dans un bon jour, il peut battre n'importe qui !

 

L'Italie, a priori, aura du mal à soutenir la comparaison. En dépit d'une bonne volonté manifeste, le XV transalpin ne parvient pas à refaire son retard sur les 5 autres nations. Pire, l'impression est que le fossé est en train de se creuser. Ce n'est pourtant pas faute d'essayer mais le rugby italien paie son manque de moyens et de talent face à ses voisins. Il n'en demeure pas moins que la Squadra, comme d'habitude, ne baissera pas les bras et continuera de s'accrocher vaillamment dans le but de créer un hypothétique exploit. En espérant que celui-ci ne se produise pas contre la France...

outils