mon espace personnel

tous les champs marqués d'un * sont obligatoires.


Entrez votre nom d'utilisateur et votre mot de passe pour vous identifier:

mot de passe oublié ?inscription

une nation, un joueur

Angleterre : Mario Itoje (23 ans, 12 sélections).

 

Il est l'homme de tous les records, de tous les superlatifs. Capitaine des Saracens à 20 ans, international à 21 ans et plus jeune joueur de la récente tournée des Lions britanniques et irlandais, Mario Itoje est la nouvelle coqueluche de la planète Rugby. Pour la seconde année consécutive, il vient même d'être cité dans les 5 finalistes pour le trophée IRB du meilleur joueur du monde. Si, jusque-ici, ce titre honorifique lui a échappé (c'est le Néo-Zélandais Beauden Barrett qui a été élu en 2016 et 2017), Itoje ne devrait pas tarder à inscrire son nom au palmarès. C'est presque écrit d'avance pour ce 2ème ligne surdoué que l'on a très tôt annoncé comme un crack. Loin d'être perturbé par ce battage médiatique, Itoje n'a fait que confirmer, match après match, tout le bien que l'on pensait de lui. Né de parents d'origine nigériane, Itoje détonne dans le milieu du rugby en ne cachant pas son amour de la poésie. Mais, sur le terrain, il ne déclame pas de vers à ses adversaires !

 

En quoi Itoje symbole-t-il l'Angleterre ?

 

Il résume à lui seul la puissance dévastatrice du XV de la Rose. Itoje est extrêmement fort physiquement, habile en touche et infatigable dans les regroupements. Mais "Super Maro" n'est pas qu'un 2ème ligne puissant, c'est aussi un remarquable joueur de ballon. Et c'est en cela aussi qu'il symbolise la "nouvelle" Angleterre d'Eddie Jones, bien plus complète et joueuse que ses devancières. De plus, Itoje se caractérise également par un comportement irréprochable et fair-play sur le terrain, ce qui n'a pas toujours été le cas de certains de ses prédécesseurs !

              

Écosse : Stuart Hogg (25 ans, 55 sélections).

 

Ne vous fiez pas à son allure presque "passe-partout". Certes, Stuart Hogg est costaud (1,80 m pour 93 kg) mais, dans le rugby moderne, l'Écossais passerait presque inaperçu avec cette carrure. En revanche, dès qu'il a un ballon entre les mains, on ne voit plus que lui ! L'arrière du XV du Chardon, qui peut également évoluer à l'ouverture, au centre ou aux ailes, a réussi l'exploit d'être élu meilleur joueur du Tournoi lors des 2 dernières éditions ! C'est dire la constance, autant que le brio, qui caractérisent le joueur des Glasgow Warriors.

 

En quoi Hogg symbolise-t-il l'Écosse ?

 

Hogg représente ce que l'Écosse possède de plus vitalisant dans le rugby d'aujourd'hui : une joie de jouer manifeste, un souci permanent de faire vivre le ballon, de chercher la relance quitte à prendre des risques. Certes ce panache frise parfois avec de l'inconscience et il peut être sanctionné par un contre adverse mais personne n'oserait blâmer Hogg pour ses initiatives. Campé sur ses cuisses d'airain, le feu follet trouve toujours l'espace pour remettre les siens dans le sens du jeu grâce à des crochets imprévisibles et un sens de la passe rarement vu à ce niveau. Bref, avec un tel joueur, le XV du Chardon peut toujours espérer renverser n'importe quel adversaire.

 

France : Morgan Parra (29 ans, 66 sélections).

 

Il n'avait plus revêtu la tunique frappée du coq depuis un 17 octobre 2015 de sinistre mémoire. Ce jour-là, en quart de finale de la Coupe du monde, Morgan Parra ainsi que tous ses partenaires se faisaient laminer par les All Blacks (62-13). Depuis, le demi de mêlée de Clermont rongeait son frein. Auteur de prestations remarquées avec le club auvergnat, champion de France l'an passé, il savait sans doute que son heure viendrait. Elle est venue avec la nomination de Jacques Brunel qui a décidé de lui redonner une chance. Celle-ci ne viendra pourtant pas tout de suite. Touché au genou lors d'un match de Coupe d'Europe avec Clermont contre les Ospreys (24-7), Parra ne sera pas rétabli pour affronter l'Irlande en ouverture du Tournoi. Mais après une si longue absence, il peut bien patienter encore un match de plus...

 

Du haut de toute son expérience, Morgan Parra pourrait former, à son retour de blessure, une charnière centrale toute à fait inédite avec le jeune Matthieu Jalibert à l'ouverture. En cette période de doute et de reconstruction, le XV de France aura bien besoin de celui qui fut un jour décrit par l'ex-international Lionel Nallet comme "un petit chef autoritaire et hargneux".

 

En quoi Parra symbolise-t-il la France ?

 

Morgan Parra est à lui seul un condensé de l'équipe de France de ces dernières années. Capable de coups de génie, d'orchestrer le jeu des Bleus avec une vista et une maestria rares, le grand artisan du Grand Chelem de 2010 a aussi connu quelques passages à vide. Le dernier lui a valu une absence de 2 ans au sein de l'équipe nationale. Mais voilà, dans la vie comme sur le terrain, Parra est un obstiné. Il ne lâche rien. Et, à force de travail et de talent, il a fini par reconquérir sa place au sein d'un groupe France où les candidats à son poste sont jeunes et nombreux. Certes, à 29 ans, il a encore de belles cartes à jouer. Mais le Tournoi est le cadre idéal pour sortir ses meilleurs atouts.

 

Italie : Sergio Parisse (34 ans, 128 sélections).

 

On ne présente plus l'inamovible 3ème ligne de la Squadra. Plus solide que le roc, Sergio Parisse est un monument du rugby italien, et même mondial. Combattant inlassable, le joueur du Stade Français sait aussi surprendre avec des passes inattendues ou des inspirations géniales. Sans point faible, Parisse aurait indiscutablement sa place dans n'importe quel XV mondial. Habile en dépit de grande carcasse (1,96 m), il est surtout un capitaine respecté par ses hommes et par les adversaires.

 

En quoi Parisse symbolise-t-t-il l'Italie ?

 

Parisse aurait pu se lasser des défaites à répétition dans le Tournoi. Il aurait pu abandonner le navire. Mais ce n'est définitivement pas le genre de la maison. A l'image de son équipe, l'Italien continue de se battre, de tomber et de toujours se relever. Parfois la victoire n'est pas loin mais elle s'échappe pour quelques petits points. C'est rageant, mais Sergio Parisse ne se laisse pas abattre et repart au combat avec la certitude de ceux qui savent que le vent finira par tourner.

 

Irlande : Conor Murray (28 ans, 59 sélections).

 

A 28 ans, le numéro 9 du XV du Trèfle atteint le sommet de son art. Au point, certainement d'être considéré comme le meilleur demi de mêlée du monde. Devant des références planétaires telles que l'Anglais Ben Youngs ou le Néo-Zélandais Aaron Smith. Rien que ça. Il faut dire que Murray, au profil plutôt athlétique pour son poste (1,88 m, 94 kg), possède toutes les qualités pour sublimer ses coéquipiers. Dynamiteur de jeu, capable de démarrages au ras redoutables, il possède également un jeu au pied d'une précision diabolique.

 

En quoi Murray symbolise-t-il l'Irlande ?

 

Le XV du Trèfle est sans doute l'une des meilleures équipes du monde pour gérer les temps forts et les temps faibles d'un match. Et elle le doit en grande partie à Conor Murray. Ce dernier possède une science du jeu impressionnante : le demi de mêlée s'adapte à l'adversaire, au score, au terrain, au contexte... un vrai caméléon ! C'est cette faculté à contrôler tous les paramètres d'une rencontre qui rend Murray, et l'Irlande, si difficile à jouer...

 

Pays de Galles : Alun Wyn Jones (32 ans, 110 sélections).

 

A 32 ans, Jones fait toujours partie de l'élite mondiale des secondes lignes. Sa longévité au plus haut niveau, ainsi que la dureté de ses placages lui valent une place à part dans le cœur des fans gallois. 1,98 m et 118 kg de force brute au service de l'alignement du XV du Poireau et une abnégation de tous les instants qui force le respect.

 

En quoi Jones symbolise-t-il le pays de Galles ?

 

Si, par le passé, les Dragons ont souvent brillé par la créativité et le génie de leurs arrières, ils excellent désormais aussi, et surtout, dans le combat et dans le développement d'un jeu complet. Avec Alun Wyn Jones ils ont trouvé le parfait soldat. Le 2ème ligne des Rouges est dur au mal, adroit en touche et précieux dans les rucks. Certes ce n'est pas toujours beau à voir mais c'est efficace. C'est parfois le cas de toute l'équipe du pays de Galles...

outils