vous êtes ici : accueil >> santé >> actus avec medisite.fr >>

Pénurie de dermatologues : les solutions pour les patients

Près de la moitié des Français ont déjà renoncé à faire traiter leurs problèmes de peau chez un dermatologue, en raison des délais longs pour obtenir un rendez-vous. La profession fait face à une pénurie de professionnels pour de nombreuses raisons. Quelles sont les solutions possibles pour les patients ? Entretien avec la professeure Gaëlle Quéreux, cheffe du service de dermatologie au CHU de Nantes et présidente de la Société Française de Dermatologie.

Tout comme d’autres spécialités de la médecine, la dermatologie n’est pas épargnée par la pénurie de professionnels.

Une étude réalisée par l’Ifop et Sanofi, publiée en ce mois de septembre, a révélé que 73 % des Français jugent difficile l’accès aux soins assurés par les dermatologues.

Ceci a des conséquences puisque 46 % ont déjà renoncé à faire traiter leurs problèmes de peau, les délais d’attente étant longs (3 mois).

Dermatologues : une pénurie sur tout le territoire

En 20 ans, le nombre de dermatologues en France a chuté passant de 4 000 à moins de 3 000. Une baisse considérable qui complique l’accès aux soins pour les Français.

La pénurie de dermatologues concerne tout la France mais avec des hétérogénéités. « On voit que presque tous les départements sont en baisse. Il y a certaines régions qui sont davantage touchées que d’autres comme les zones rurales. Les grandes villes sont probablement les plus épargnées, Paris est la ville la moins touchée. Il peut y avoir une certaine hétérogénéité au sein d’un même département » détaille la docteure Gaëlle Quéreux.

Pénurie de dermatologues : beaucoup de départs en retraite pour peu d’entrant dans la profession

Les causes de la pénurie de dermatologues sur le territoire sont multiples comme l’explique la dermatologue : « Cela est dû à des départs en retraite qui sont insuffisamment remplacés. Nous n’avons pas assez d’arrivées de jeunes internes alors que de nombreux dermatologues partent en retraite. »

Le nombre de nouveaux médecins formés chaque année est fixé par le Gouvernement. Et selon la dermatologue, ce chiffre est insuffisant face aux besoins : « Pour la dermatologie, nous étions à 103 nouveaux professionnels chaque année. Ce chiffre est très inférieur aux besoins, il faudrait qu’il soit au moins à 125 afin que nous puissions équilibrer par rapport au nombre de départs en retraite. La profession ayant effectué plusieurs demandes auprès du Gouvernement afin que ce chiffre augmente, le nombre de dermatologues pour la rentrée 2023 est passé à 110. »

Pénurie de dermatologues : la problématique des rendez-vous non honorés et inutiles

La docteure tient également à alerter sur les rendez-vous non honorés quotidiennement qui pénalisent les autres patients en besoin de rendez-vous.

Par ailleurs, elle indique que certains rendez-vous sont inutiles : « Certains patients demandent une surveillance alors qu’elle n’est pas forcément nécessaire. »

Pénurie de dermatologues : le médecin généraliste est formé à la dermatologie

Face au manque de dermatologues et aux délais d’attente longs, les patients sont à la recherche de solutions. Gaëlle Quéreux explique qu’il est important, dans un premier temps, de consulter son médecin généraliste qui lui sera à même de déclarer si le patient a besoin de consulter un dermatologue : « Le médecin généraliste est en mesure d’indiquer au patient si une consultation chez le dermatologue est nécessaire. Ces médecins sont formés à la dermatologie et peuvent donc conseiller les patients à ce sujet. »

Pénurie de dermatologues : la télé-expertise pour certaines pathologies

Les télé-consultations ne sont pas une solution miracle pour proposer davantage de créneaux aux patients, une consultation physique étant bien souvent nécessaire ensuite. La vidéo ne permet pas d’obtenir des images de qualité suffisante afin de poser un diagnostic précis d'après Gaëlle Quéreux.

Toutefois, la dermatologue explique l’intérêt de la télé-expertise pour certaines pathologies : « Il ne s’agit pas de consultation en direct avec le patient, c’est le médecin généraliste qui voit une lésion suspecte et qui va demander un avis à un dermatologue. Cela fait gagner du temps et permet de trier les patients qui ont vraiment besoin d'une consultation chez le dermatologue. »

Pénurie de dermatologues : les pharmaciens peuvent conseiller les patients

Le pharmacien est bien souvent un professionnel de premier recours, quelle que soit la problématique des patients. Il est à même d’apporter quelques conseils aux patients selon la dermatologue.

En conclusion, la dermatologue conseille aux patients qui ont une suspicion de lésion dermatologique de ne pas hésiter à aller consulter son médecin généraliste et, si besoin, un dermatologue, malgré les délais longs.